Transformation numérique de l’état : ITW de Jean Michel Billaut pour le podcast 50A Galaxy

Pour le premier épisode de notre podcast 50A Galaxy nous sommes partis avec en expédition hier à Montfort l’Amaury. Nous avons eu la chance d’interviewer Monsieur Jean Michel Billaut gourou de l’internet mais aussi du minitel., seigneur de la fibre, prince d’Estonie…

A demain pour la diffusion du podcast sur la transformation numérique de l’état, suivi de l’apéro débat chez 50A

iTunes : https://itunes.apple.com/fr/podcast/50a-galaxy/id1345290164…
Spreaker : https://www.spreaker.com/show/2830278

Post sur la naissance du podcast : Blog Let’s digitalize

Facebook de l’évènement : Podcast Transformation Numérique

Merci à la gendarmerie de Monfort l’Amaury, on a bien cru qu’on allait finir dans le panier à salade.

 

Also on:

50A Galaxy Le Podcast de la Transformation Numérique

Notre objectif est d’animer la galaxy 50A en partageant les bonnes pratiques, les innovations et les ruptures liées à la transformation numérique.

« UNE FOIS PAR MOIS »
« UN SECTEUR PAR ÉPISODE »
« UN INVITÉ »
« UN APERO DÉBAT »

Spécial welcome aux DSI, RESP INNOVATION, DIR COM, DIR MKG.
Comme d’habitude nos amis et nos pas encore amis sont les bienvenus.

Inscription ici : https://www.facebook.com/events/204346623477809/

Un nouveau type d’atelier : le Tonic Tuesday « Transition »

Nous avons fabriqué avec  un nouveau format d’atelier.
Notre objectif est d’acculturer et d’accompagner les entreprises dans leurs transitions. Petite, moyenne ou grosse, vous êtes les bienvenues chez nous.

Le principe est simple, dans le cadre d’un atelier collaboratif de 1H, 50A vous présente et vous sensiblise aux sujets d’actualité de l’économie digitale et de la transformation numérique.

Le mardi matin, 1h, 1 thématique et un atelier orienté design-thinking

# Le Marketing Inbound :

Améliorez, mesurez et transformez votre relation client grâce à nos méthodes issues de l’Inbound Marketing

Le 21 Mars 2017 LIRE l’article sur notre blog

OU vous inscrire directement 

# L’ Hygiène Numérique :

Devenez un bon citoyen numérique en adoptant de bons réflexes au quotidien afin de mieux protéger vos données

Le 11 Avril 2017 LIRE l’article sur notre blog

OU vous inscrire directement 

# La Cyber Sécurité :

Apprenez à vous défendre contre le social enginering et à en comprendre les mécanismes

Le 23 Mai 2017 LIRE l’article sur notre blog

OU vous inscrire directement 

# L’Open Innovation : 

L’Innovation pour tous, découvrez différentes façons d’innover et d’assurer une transformation numérique réussie

Le 27 Juin 2017 LIRE l’article sur notre blog

OU vous inscrire directement 

A propos de 50A.fr

Depuis 12 ans l’agence 50A conçoit des sites Internet, des applications mobiles et des stratégies digitales.

Nous gérons l’e-réputation de marques et de personnalités, animons leurs réseaux sociaux.

Nous utilisons au quotidien avec nos clients une approche « design thinking » pour booster les projets et les équipes en privilégiant un état d’esprit du travailler « avec » plutôt que « pour ».

Organisateurs : Nicolas Bermond / Thibaut Brousse / Jérome De Vries 0140330065

Recherche Assistant(e) Druide Digital

Recherche Assistant Druide
Je recherche un assistant(e) druide digital, profil 4×4 maitrise philosophie internet, dev open bidouille, écriture et surtout une grande ouverture d’esprit.
En 3 mots clés #Peps #Cu(riosité+lot) #Organisation
Les missions sont diverses, variées et souvent stratégiques.
Format du poste CDI CDD FREELANCE STAGE (c’est ouvert) 1 an minimum, 2 ans conseillés, 3 ans idéal pour obtenir le diplôme.
Pour accepter un candidat, les druides commencent par lui faire passer des épreuves.
Pour les réussir, il faut normalement avoir 4 en curiosité (aimer ouvrir les yeux) et débrouillardise (hacker), et 2 en survie (vivre à côté d’un druide c’est des fois compliqué).
De plus, il est nécessaire d’avoir des pouvoirs magiques, même s’ils n’ont pas encore été développer.
Après avoir réussi ces épreuves, le candidat est élevé au rang d’initié et il peut ainsi accompagner le druide digital.
Le mentor d’un initié va lui apprendre de nombreuses choses sur l’Internet, et l’aider à développer ses pouvoirs magiques.
Lorsque l’initié atteint 7 en curiosité et débrouillardise, 6 en survie et 4 en méthodologie, il peut prétendre au titre de druide. Le poste est à pourvoir dans l’entreprise agile 50A Merci de partager !
Pour me contacter n’hesitez pas à utiliser des ruses.

Social Weight Manager : la gestion intelligente du poids

Le nom du projet était initialement iLife, mais Apple(c) nous a ennuyé avec ce nom. Alors iLife est devenu « Social Weight Manager ».

iLife est une sous brique du projet plus général iBrain, à qui il est délégué les flux d’informations d’une personne donnée. L’application a pour but la gestion intelligente du poids à travers les réseaux sociaux, le quantified self, les objets connectés et les propres données déclaratives. C’est une application de « coaching santé » pilotée par ces 4 entrées de data.

iLife a trois objectifs :
– Donner du sens à la donnée
– Extraire des bénéfices
– Construire un profil consolidé

Aujourd’hui, les personnes produisent de la donnée en permanence, que ce soit sur Twitter, sur Foursquare, ou bien avec RunKeeper, et bien encore d’autres. Ces informations seront travaillées à l’intérieur de la boîte noire – iBrain (qui possède des algorithmes de calculs et produit des résultats en retour des entrées).

Ce que souhaite l’équipe R&D de 50A, c’est transformer une série d’informations en une connaissance directement exploitable.

C’est un métier qui est très complexes pour beaucoup de raison. Par exemple, il faut prendre en compte finement le contexte : à partir de quand estime-t-on qu’une personne ne fait pas assez de sport ? A partir de combien de pizzeria doit on indiquer que la suivante sera celle de trop ? Aussi, L’information que nous captions peut être parcellaire. Elle est souvent bruitée comme sur twitter, et des tics de langages sont compliqués à interpréter : songez par exemple à l’ironie ! Dans l’ensemble, les données ne sont pas non plus structurées et souvent éparpillées à travers de nombreux réseaux sociaux dont la gestion du profil est propriétaire.

Pour produire cette valeur ajoutée, nous utilisons de l’intelligence artificielle. Cela va des filtres, en passant par toute une panoplie de rapprochement par racine, des expertises lexicographiques et sémantiques. Nous aurions pu aussi utiliser les réseaux de neurones pour faire de l’apprentissage. Nous avons fait le choix de la recorrélation, des probabilités et des systèmes experts.

 

 

La recorrélation, c’est (pour faire simple), le fait de coupler des éléments à priori différents et de se demander si cela fait du sens. Par exemple une personne qui poste sur Twitter à propos de sport et indique qu’lle court sur Runkeeper. Autre exemple, si une personne a déclaré faire un régime et qu’elle se checke sur Foursquare dans une pizzeria, iLife va pouvoir reconnaître que cela n’est pas une situation consistante puisqu’elle crée un paradoxe. La connaissance qui sera produite sur ce type d’exemple est l’antinomie : la personne qui dit être au régime et qui a pour déjeuner une pizza, va produire une connaissance qui pourra exemple lui indiquer que ce n’est pas très cohérent. Ainsi, à partir de 2 informations, nous avons créé de la connaissance directement exploitable sous forme de surveillance, d’alerte, de conseil, etc…

La démarche employée est donc scientifique : reposant sur le doute, elle va émettre des hypothèses pour construire une théorie qui va ou non valider des faits (abduction). Une fois ce modèle construit, la récupération d’information produit de la connaissance et déclenche les actions (déduction).

Ainsi, petit à petit, nous essayons de comprendre l’information éparpillée et bruitée des réseaux sociaux.

Pour cela, il faut prendre en compte les nombreux traitements intuitifs (réseaux sociaux, quantified self, autres données) et voir si ces données sont pertinentes, utilisables, quantifiables… En agrégeant, ces informations dans les filtres et le système expert après une série de pré traitements, nous tentons d’aller reconnaitre les champs sémantiques et les actions induites dans l’information : tel ou  tel filtre permettra de reconnaître si tel adjectif employé est positif ou négatif, les bases de connaissances vont aider à repérer les mots clés filtrés qui seront intéressants et générer automatiquement les liaisons (ex: pizza – nutrition – calories & lipides).

L’ensemble de ces informations captées vont permettre de dresser un profil continu (au sens du temps réel) qui sera discrétisé (pose d’indicateur), car cela est à ce stade plus simple à travailler pour l’équipe R&D de 50A. Un profil consolidé sera créé et sera sans cesse alimenté par les données en temps réel, la base de connaissances (pizza) et les règles (« 5 pizzas ce n’est pas bien »). La personne prendra des points négatifs ou positifs en fonction de tel ou tel repérage car il faudra bien à un moment donné trancher : sa conduite est bonne ou non, son assuidité au sport est correct, …

La R&D 50A cherche donc à construire des modèles et des indicateurs qui permettront, pour un contexte donné, de construire une « pente de vie en temps réel » vis à vis de son profil : une personne de 80 kg qui démarre un régime aujourd’hui n’est pas la même chose qu’une personne qui fait également 80 kg mais qui a commencé son régime il y a deux mois. Pour l’un tout reste à commencer, à démontrer. Pour l’autre, une inertie est en place, la reprise du sport probablement, etc… Pour le premier, manger une pizza est un vrai mauvais signal. Pour l’autre, à peine un incident de parcours.

Et c’est la caractéristique principale de ce système global que d’associer contexte, modèle, indicateur, traitement en temps réel pour générer des actions pour la personne et l’aider à gérer son poids : alerter, recommander, souligner, etc.

Ce projet s’insère dans un partenariat de 3 ans avec le CNRS : la première année a donné naissance à iPlace, un agenda lifestyle intelligent, la deuxième année sera sous le signe de la santé avec iLife, et pour finir iBrain.

iBrain, c’est 3 ingénieurs, 1 Directeur de recherche, une agence, et un partenariat avec le CNRS.

Le but de iLife est donc d’aider à rester dans cette zone de santé ++.