Cannes 2014, Welcome To New York le dispositif #hackathon

welcome to new york

Ce matin j’ai décidé en me réveillant de faire un hackathon welcome to new york.

Important
Pour les cinéphiles, j’ai regardé en diagonale le film, je ne trouve pas que ce soit un chef d’œuvre mais il fait le boulot. Ce qui est très intéressant c’est l’expérience TransMedia mis en place par Wild Bunch. Si vous veniez pour une critique de cinéphile, ce n’est malheureusement pas mon travail.

Je recherche toujours le nombre de téléchargement du film Welcome To New York sur les plateformes VOD (itunes, mytf1 etc) ? Merci d’avance

En 10 points :

– J’ai lu sur mon flux d’infos la chronologie de l’histoire construite par Vincent MARAVAL / Abel Ferrara l http://www.lemonde.fr/festival-de-cannes/article/2014/05/16/dsk-ferrara-croisette-new-york-un-aller-retour-en-trois-ans_4419880_766360.html
– J’ai testé du coup la VOD sur iTunes 6,95 euros j’aurais pu aller chercher dans torrent mais j’ai décidé de vivre l’expérience d’un utilisateur lambda.
– Premier sentiment je me dis film non distribué en France qui sort en VOD, waouh Vincent Maraval jette un pavé dans la marre…
– Je regarde le film en branchant mes jouets de veille, j’ouvre mes comptes twitter, je fais un plan d’action.
– J’ai un objectif en 6 heures de travail, faire un dimanche à 1000 visites, mais surtout un clin d’œil à @Danceti la reine de la croisette <3
– Ah enfin le dialogue commence « la bouillabaisse c’est la partouze des poissons » j’adore !
– Je cherche des influenceurs pour trouver des idées, des alliés, y’a pas grand monde.
– Je vais sur Facebook et là des choses intéressantes, pas d’activité, pas de page fan, gestion catastrophique…Il y a du potentiel.
– c’est la fin du film, j’ai aimé le Happening comme dirait Gégé #DédéLaSaumur
– Ne pas perdre l’objectif les 1000 visiteurs, il va falloir se servir de twitter / facebook / allociné.

Après 6h de travail :
J’aurais du tout miser sur un BOT 😉

Les mass médias bouchent toutes les entrées. Grosso modo le monde et rue89 se battent contre tous les autres.

La création de trafic se fait sur la tonalité éditoriale et positionnement des mots clés suivants, Welcome to New York torrent streaming et malheureusement antisémite…
Même FDESOUCHE commence à chauffer la salle.

Je crois que les médias l’ont bien compris.

Mes objectifs sont atteints par contre wild bunch ne communique pas sur les chiffres, ni les résultats.

Merci, clôture du Hackathon

@nicolas2fr

Merci à cinefile pour son commentaire

J’ai vu le film également cette nuit, ravi de cette mise à disposition qui bouleverse un peu la donne de la distribution cinematographique française (et ça, rien que ça, ça fait du bien). Je suis surpris de voir que vous avez vu le film en tweetant, tentant de créer une page facebook….Est ce ainsi que l’on regarde et apprécie un film ? Mais soit..pourquoi pas… Ce qui me surprend le plus en réalité, c’est la somme d’articles qui ne traitent pas du matériau filmique mais cherche à le dézinguer sur des bases hypocrites (un sois disant antisémitisme, du sexe crûe -o mon dieu, du sexe ! quel scandale !-, la mise en relation fiction/réalité qui n’a pas lieu d’être : c’est un FILM !)…Quand à moi, j’ai tout simplement adoré ce film, un très grand ovni absluement incroyable au niveau de la gestion des ombres et lumières et de tout les éléments suggérés sur la psycho des personnages (les persos fictifs, pas réels…). Certaines scènes m’ont coupés le souffle par l’intelligence des dialogues et la finesse magistrale des acteurs : Jacqueline Bisset est incroyable, sublime et terriblement émouvante et juste. Depardieu est immense, hors norme (donc il sera détesté), il ne créve pas l’écran, il l’explose et le dynamite en finesse. Comment un corps si bourru et repoussant est-il capable de tant de sensibilité dans le visage ? C’est plus qu’un happening, c’est une performance…Ne pas le reconnaitre, c’est ne pas aimer le cinema selon moi…Quand à Abel Ferrara, il signe son plus beau film, le plus maitrisé, certaines scènes sont envoûtantes…Il y a un certain minimaliste qui tranche avec la richesse des dialogues, une gestion des lumières et des couleurs à tomber par terre, la première scéne de confrontation bisset/depardieu dans l’appartement est à ce titre une prouesse portée par des acteurs transcendants. Une autre scène, phénoménale est celle de l’instrospection de depardieu sur la terrasse, face aux buildings de manhattan, dément, fin, profond et magnifique…Les scènes de prison sont également superbes et minimales….Regarder ce film en pensant à DSK est la pire erreur à faire…Je suis terriblement attristé par l’accueil fait à ce film et ce qu’il révèle de l’état d’esprit Français actuel : aucun sens de la remise en question, cerveaux lobotomisés, aucun esprit d’analyse de l’objet filmique, à priori crétins sur Depardieu et que dire de ceux qui traite Ferrara de réal Has been ???? Oui, je suis triste…mes amis Français, où est votre esprit, pardon, votre ouverture d’esprit, votre sens critique, votre objectivité ???
J’ajouterais également que je suis outré et toujours attristé de voir les critiques des journalistes dans les grands quotidiens Français : une mécanique de dézinguage qui ne parle jamais du fond et de la forme, critiques creuses et tellement politiquement correct…oui, le journalisme Français est mort depuis longtemps…les critiques de cinema ne parlent pas de cinema…Tout cela est vraiment désolant…Regardez le film, c’est assurément un chef d’oeuvre tel que trés trés peu de réals Français seraient capable de mettre en scène…bravo à toute l’équipe…

Page fan officielle https://www.facebook.com/welcometonewyorkmovie
Dernières critiques Allociné

Réseaux sociaux, narcissisme ou cyborguisation ?

Le cours de Sergey Brin sur le Selfie

1 – Pré-requis:
Ceci est un billet « point de vue », c’est à dire mon sentiment personnel sur un sujet délicat, car nous le vivons subissons tous et le recul est difficile à prendre pour l’expliquer simplement.

Est-on narcissique ou devient-on des robots, des cyborgs, des transhumains ?

Un réseau social est un ensemble d’identités sociales reliées entre elles par des interactions (textes, photos, vidéos et messages).
On a tendance à l’oublier mais le téléphone, le sms… sont des réseaux sociaux aussi.

On peut interpréter la cyborguisation de différentes manières.
Les innovations techniques / websocial & societal qui servent à transformer l’homme, par une transformation interne, les greffes / puces / capteurs et externe, la gestion sociale de son identité virtuelle, l’utilisation des réseaux sociaux, l’usage d’un smartphone…
On ne devient pas forcément cyborg en s’implantant une puce, la virtualisation de nos rapports sociaux y participent aussi.

Avoir besoin d’amour et de reconnaissance sur la toile changent le paradigme traditionnel des relations sociales.

2 – Comment les réseaux sociaux ont concrétisé l’existence de l’identité virtuelle

Les réseaux sociaux ont permis de finaliser le concept d’identité virtuelle.
Internet n’est pas qu’une plateforme de connaissance, c’est une plateforme d’interaction sociale.
Logiquement la gestion de son identité numérique a donné naissance à l’e-reputation.
De même que dans la vie réelle, il faut maintenant faire attention à sa réputation en ligne (E-reputation). Il faut donc produire du contenu pour nourrir ou maintenir son identité.

L’usage crée le besoin : narcissisme ou gestion active de son e-reputation, tout le monde est touché par cette nouvelle donne.

Le phénomène selfie (je me prends en photo sous toutes les coutures) est devenu un usage utilisé par tout le monde. Il ne révèle pas plus le narcissisme c’est juste une méthode pour animer sa communauté. Les ados ont réussi à imposer un phénomène à tout le monde (Rihanna, Bill Gates…).
J’avoue même être tombé dans le panneau.

Selfie Clinton

3 – On peut tout de même différencier 2 types de population, ceux qui sont nés avec les médias sociaux et ceux qui sont nés sans téléphone portable et sans Internet.

Ceux qui ont grandi avec les réseaux sociaux (les ados et les stars qui ont baigné directement dans la communication temps réel Rihanna, Mariah Carrey…)

Et les autres qui ont été éduqués sans Internet, ils connaissent 10 numéros de téléphone fixe et ont eu la chance d’échanger des lettres manuscrites.
Imaginer en 1990 il n’y avait pas de téléphone portable, je vous rappelle que l’usage des réseaux sociaux n’est pas naturel pour les adultes. Les geeks avaient un Tam Tam, c’est quand même différent de twitter et facebook.

Les réseaux sociaux perturbent cette génération (30ans -> 45ans). Même si ils ont un usage massif, ils se posent des milliers de questions et tâtonnent pour trouver leurs identités virtuelles.
On le voit dans leurs manières de se présenter, « dois-je poster des photos personnelles », « dois-je dire ce que je pense vraiment. »
Ils recherchent un miroir, une reconnaissance, une validation de leur propos par leurs familles et leurs amis proches.
Comme tout le monde ils attendent le like et en général ils utilisent plutôt Facebook et se découvrent « Mateurs » je vais fouiller dans la vie de mes collègues, amis…
L’usage est multiple et l’apprentissage sera complexe car leurs premières expériences associent des valeurs complètement différentes.

Au contraire des ados maitrisent parfaitement la double voire la triple gestion d’identité, ils utilisent des avatars et se servent des plateformes comme des outils.

La réussite de Snapchat en est la preuve (ils publient des posts, photos qui s’auto-détruisent)
Ils sont beaucoup plus réceptifs au concept de maîtrise de leurs données personnelles.
Ils se servent de twitter de manière guerrière (cf mon article les ados sur twitter )
Ils se baladent en bande et utilisent la synergie du groupe pour faire des attaques ludiques où augmenter la notoriété des nouveaux venus.
Ils trouvent Facebook « has been » et utilisent instagram pour partager des photos privées.

Pour les stars c’est un peu la même chose, celles qui ont grandi avec le temps réel et les autres.

LadyGaga, Rihanna, Justin Bieber, Katy Perry. Elles jouent, jubilent et performent sur les réseaux sociaux. C’est leur premier outil de communication, il peuvent toucher entre 30 et 40 millions de personnes en un tweet.

Les stars, les hommes politiques, les top managers qui n’ont pas grandi dans cet univers se servent des réseaux sociaux comme un moyen de communication traditionnel, ce n’est pas eux qui l’animent, c’est l’agence, le directeur de cabinet, le communicant qui prennent la parole pour eux.

4 – L’impression de narcissisme est certainement due à la jeunesse de l’usage

On se cherche et pour se trouver on parle beaucoup plus de soi.

On peut dire que les adultes essuient les plâtres de ce changement sociétal.
Les ados s’en amusent, les stars font du business et les autres essaient de suivre tant bien que mal.

Avec un milliard de personnes sur Facebook et 500 millions sur twitter ce n’est plus un phénomène mais un bouleversement.
La social TV, Facebook et twitter ont signé des partenariats commerciaux qui leurs donneront accès à des outils d’analyse des commentaires publics.
« On pourra ainsi, par exemple, savoir si telle émission de téléréalité est plus commentée par les hommes ou les femmes, et la ville d’où ils viennent »
L’influence des réseaux sociaux sera diffusée sur le petit écran, et les rares personnes hors du spectre seront converties.

Une société pas forcément narcissique mais une société connectée, qui peu à peu transforme l’homme des champs en homme de Data.
Les réseaux sociaux ont changé l’homme en média, les google glass et les objets connectés le changeront en cyborg.

Nous travaillons avec 50A et MyDataLabs pour fournir à notre génération (clients, amis) les bases essentielles pour avancer, communiquer et préserver leur « capital social ».

EreputationCamp is back !

  • 50A(co)organise son troisième BarCamp autour de l’e-reputation à Paris le 11 février 2012.C’est le troisième BarCamp autour de l’e-reputation et cette année nous comptons déjà parmi nos partenaires : l’AFNIC, (Association Française pour le Nommage Internet en Coopération), YouSeeMii (L’indice de visibilité sur internet) et l’EEMI (Ecole Européenne des métiers de l’Internet).

    L’E-reputationCamp 3 ouvrira la réflexion sur :

    – les critères d’évaluation de l’e-reputation
    – l’e-gouvernance (l’e-reputation des collectivités territoriales)
    – l’anonymat
    – les contenus responsables
    – la data visualisation
    – la gestion de crise

    Un objectif a été fixé : établir une méthodologie efficace pour un standard de mesure pertinent ! En effet, l’eréputation est une notion floue et difficile à quantifier. C’est pourquoi 50A souhaite se baser sur une démarche scientifique pour définir les outils de mesure nécessaires.

    Vous pouvez vous inscrire ici : Inscription au Barcamp EreputationCamp3

    Et retrouver toutes les infos concernant ce nouveau Barcamp sur le blog EreputationCamp.fr

Jouons avec les Badges de TrustRanking

Depuis 1 mois nous travaillons sur 1 application Badges by PME Multimedia : construit sur la base des compétences. les Badges définissent votre profil et vous permettent de certifier sur Facebook vos « savoir faire » en utilisant votre réseau. L’idée final est de remplacer le CV par un TRUSTRANK qui prendrait en compte sa visibilité sur Google, son action sur les réseaux sociaux consolidé par les recommandations acquises par ses pairs et ses proches.

Déjà Michel Barnier et Jacques Attali utilisent Badges (enfin on les a convié ;o)

Let’s go !!! Badge sur Facebook