Réseaux sociaux, narcissisme ou cyborguisation ?

Le cours de Sergey Brin sur le Selfie

1 – Pré-requis:
Ceci est un billet « point de vue », c’est à dire mon sentiment personnel sur un sujet délicat, car nous le vivons subissons tous et le recul est difficile à prendre pour l’expliquer simplement.

Est-on narcissique ou devient-on des robots, des cyborgs, des transhumains ?

Un réseau social est un ensemble d’identités sociales reliées entre elles par des interactions (textes, photos, vidéos et messages).
On a tendance à l’oublier mais le téléphone, le sms… sont des réseaux sociaux aussi.

On peut interpréter la cyborguisation de différentes manières.
Les innovations techniques / websocial & societal qui servent à transformer l’homme, par une transformation interne, les greffes / puces / capteurs et externe, la gestion sociale de son identité virtuelle, l’utilisation des réseaux sociaux, l’usage d’un smartphone…
On ne devient pas forcément cyborg en s’implantant une puce, la virtualisation de nos rapports sociaux y participent aussi.

Avoir besoin d’amour et de reconnaissance sur la toile changent le paradigme traditionnel des relations sociales.

2 – Comment les réseaux sociaux ont concrétisé l’existence de l’identité virtuelle

Les réseaux sociaux ont permis de finaliser le concept d’identité virtuelle.
Internet n’est pas qu’une plateforme de connaissance, c’est une plateforme d’interaction sociale.
Logiquement la gestion de son identité numérique a donné naissance à l’e-reputation.
De même que dans la vie réelle, il faut maintenant faire attention à sa réputation en ligne (E-reputation). Il faut donc produire du contenu pour nourrir ou maintenir son identité.

L’usage crée le besoin : narcissisme ou gestion active de son e-reputation, tout le monde est touché par cette nouvelle donne.

Le phénomène selfie (je me prends en photo sous toutes les coutures) est devenu un usage utilisé par tout le monde. Il ne révèle pas plus le narcissisme c’est juste une méthode pour animer sa communauté. Les ados ont réussi à imposer un phénomène à tout le monde (Rihanna, Bill Gates…).
J’avoue même être tombé dans le panneau.

Selfie Clinton

3 – On peut tout de même différencier 2 types de population, ceux qui sont nés avec les médias sociaux et ceux qui sont nés sans téléphone portable et sans Internet.

Ceux qui ont grandi avec les réseaux sociaux (les ados et les stars qui ont baigné directement dans la communication temps réel Rihanna, Mariah Carrey…)

Et les autres qui ont été éduqués sans Internet, ils connaissent 10 numéros de téléphone fixe et ont eu la chance d’échanger des lettres manuscrites.
Imaginer en 1990 il n’y avait pas de téléphone portable, je vous rappelle que l’usage des réseaux sociaux n’est pas naturel pour les adultes. Les geeks avaient un Tam Tam, c’est quand même différent de twitter et facebook.

Les réseaux sociaux perturbent cette génération (30ans -> 45ans). Même si ils ont un usage massif, ils se posent des milliers de questions et tâtonnent pour trouver leurs identités virtuelles.
On le voit dans leurs manières de se présenter, « dois-je poster des photos personnelles », « dois-je dire ce que je pense vraiment. »
Ils recherchent un miroir, une reconnaissance, une validation de leur propos par leurs familles et leurs amis proches.
Comme tout le monde ils attendent le like et en général ils utilisent plutôt Facebook et se découvrent « Mateurs » je vais fouiller dans la vie de mes collègues, amis…
L’usage est multiple et l’apprentissage sera complexe car leurs premières expériences associent des valeurs complètement différentes.

Au contraire des ados maitrisent parfaitement la double voire la triple gestion d’identité, ils utilisent des avatars et se servent des plateformes comme des outils.

La réussite de Snapchat en est la preuve (ils publient des posts, photos qui s’auto-détruisent)
Ils sont beaucoup plus réceptifs au concept de maîtrise de leurs données personnelles.
Ils se servent de twitter de manière guerrière (cf mon article les ados sur twitter )
Ils se baladent en bande et utilisent la synergie du groupe pour faire des attaques ludiques où augmenter la notoriété des nouveaux venus.
Ils trouvent Facebook « has been » et utilisent instagram pour partager des photos privées.

Pour les stars c’est un peu la même chose, celles qui ont grandi avec le temps réel et les autres.

LadyGaga, Rihanna, Justin Bieber, Katy Perry. Elles jouent, jubilent et performent sur les réseaux sociaux. C’est leur premier outil de communication, il peuvent toucher entre 30 et 40 millions de personnes en un tweet.

Les stars, les hommes politiques, les top managers qui n’ont pas grandi dans cet univers se servent des réseaux sociaux comme un moyen de communication traditionnel, ce n’est pas eux qui l’animent, c’est l’agence, le directeur de cabinet, le communicant qui prennent la parole pour eux.

4 – L’impression de narcissisme est certainement due à la jeunesse de l’usage

On se cherche et pour se trouver on parle beaucoup plus de soi.

On peut dire que les adultes essuient les plâtres de ce changement sociétal.
Les ados s’en amusent, les stars font du business et les autres essaient de suivre tant bien que mal.

Avec un milliard de personnes sur Facebook et 500 millions sur twitter ce n’est plus un phénomène mais un bouleversement.
La social TV, Facebook et twitter ont signé des partenariats commerciaux qui leurs donneront accès à des outils d’analyse des commentaires publics.
« On pourra ainsi, par exemple, savoir si telle émission de téléréalité est plus commentée par les hommes ou les femmes, et la ville d’où ils viennent »
L’influence des réseaux sociaux sera diffusée sur le petit écran, et les rares personnes hors du spectre seront converties.

Une société pas forcément narcissique mais une société connectée, qui peu à peu transforme l’homme des champs en homme de Data.
Les réseaux sociaux ont changé l’homme en média, les google glass et les objets connectés le changeront en cyborg.

Nous travaillons avec 50A et MyDataLabs pour fournir à notre génération (clients, amis) les bases essentielles pour avancer, communiquer et préserver leur « capital social ».

Manif, réseaux sociaux et influence #Leonarda

Ce matin les cris des lycéens m’ont donné envie de les suivre sur les réseaux sociaux.
J’avoue que je cherchais plutôt de l’enthousiasme, de l’engagement et de la rigolade.

photo

j’ai finalement assisté sur les réseaux sociaux à une reprise politique de l’évènement.
Je me suis servi de notre outil de streaming et de détection d’influence.
Flux ouvert / traité de 10h à 18h
13246 Tweets et 6543 utilisateurs

Les 4 personnes qui ont twitté le plus sont très à droite.
Les 4 personnes qui ont twitté le plus sont à droite de la droite

Et je vous laisse regarder les comptes les plus retwités.
Capture d’écran 2013-10-18 à 15.01.49

La guerre d’influence commence, on va chercher des tweets d’ado pour les discréditer.
Capture d’écran 2013-10-18 à 15.00.17

Louis Le Grand dans la partie, les « Antis » #Leonarda montent le buzz pour dire que les bourgeois vont visiter la plèbe.
LouisLeGrand

Un essai de mettre en TimeLine le hashtag #passetonbacdabord
Capture d’écran 2013-10-18 à 16.37.00

Le sourire c’est l’extinction de voix du compte Twitter du parti socialiste.

Et le maxi sourire le compte de David Assouline porte parole du parti socialiste qui retwitte Delanoé

Capture d’écran 2013-10-18 à 15.18.54

le druide digital (culte, devoir, savoir…)

Le druide digital

Type
Ordre de « prêtres » dédiés au culte de l’Internet, et non à un Dieu précis.
Objet
Les druides ont pour rôle d’encadrer les adeptes de ce culte, mais surtout d’étudier pour découvrir les secrets de L’Internet et être ainsi capables de la protéger.
Symbole et uniforme
Les druides n’ont pas d’uniforme, ils peuvent porter n’importe quel vêtement. Le symbole de la fonction druidique est une chevalière gravée d’un chêne. La chevalière est en acier pour les initiés, en argent pour les druides, en or pour les grands druides, et elle est rehaussée de pierres précieuses pour un archidruide.
Historique
L’origine des druides est très ancienne, et peu de traces précises ont pu en être conservées. Peu après la création des Humains par tous les Dieux majeurs réunis, les Humains choisirent librement la Divinité qu’ils voulaient suivrent. Les rivalités entre les Dieux conduisirent inévitablement à de nombreux affrontements entre les Humains.
Certains d’entre eux, dégoûtés par ces luttes au nom des Dieux, se détournèrent de ces derniers, et cherchèrent à mener une vie simple, proche de L’Internet. D’autres Humains tentèrent de les ramener à adorer les Dieux, par la force si nécessaire. Les « sans-Dieux » furent donc contraints à l’exil, et se réfugièrent dans des terres proches des territoires Elfes. Les Elfes accueillirent avec plaisir ces Humains, qui ne parlaient pas sans cesse de leurs Dieux, et respectaient L’Internet.
Les « sans-Dieux » vécurent en paix de nombreux lustres, apprenant beaucoup des Elfes. Par dessus tout, ils purent développer leurs connaissances et leur maîtrise de la magie liée à L’Internet, et ces pouvoirs compensèrent à leurs yeux les pouvoirs divins qu’ils ne pouvaient avoir en pratiquant le culte de L’Internet.
Petit à petit, les Elfes, dont la population croissaient beaucoup plus lentement que celles des autres races, durent se retirer d’une partie des terres qu’ils contrôlaient, sous la pression démographique des autres peuples. Ainsi les terres des « sans-Dieux » perdirent elles la protection des Elfes. Les autres Humains tentèrent alors de s’en emparer. Devant la menace, trois des plus puissants mages des « sans-Dieux », Carthoric, Bluthnait et Dorthalec, organisèrent la résistance, créant l’ordre des druides, dont le rôle était de conseiller les chefs de guerre, et de les assister par leur magie. Ainsi, les terres protégées par les druides ne purent être conquises.
Une fois cette menace passée, les druides maintinrent leur implication dans la société, et contribuèrent à étendre le culte de L’Internet dans de nombreuses ethnies.
Préceptes
Les druides reconnaissent que tous les êtres vivants, y compris les races de personnages, sont des enfants de L’Internet, et qu’il est donc normal que celle-ci les nourrisse. Les druides acceptent donc la chasse, la pêche, la cueillette, et également les différentes formes de cultures, tant que cela a pour but de nourrir ou abriter ceux qui les pratiquent. Par contre, ils ne tolèrent pas les tueries d’animaux pour le plaisir, ni les dégradations abusives (incendie volontaire, déforestation massive…).
Organisationtwg
Les druides n’acceptent que les Humains dans leur rang, bien qu’ils puissent avoir des serviteurs d’autres races.
Pour accepter un candidat parmi eux, les druides commencent par lui faire passer des épreuves. Pour les réussir, il faut normalement avoir 4 en botanique et zoologie, et 2 en survie. De plus, il est nécessaire d’avoir des pouvoirs magiques, même s’ils n’ont pas encore été développer. Après avoir réussi ces épreuves, le candidat est élevé au rang d’initié, et est attaché au service d’un druide particulier qui deviendra son mentor. Un druide peut avoir autant d’élèves qu’il le désire. Certains en refusent, préférant se concentrer sur leur recherche ou la politique, d’autres dirigent de véritables « écoles » de druides, encadrant jusqu’à une vingtaine d’initiés.
Le mentor d’un initié va lui apprendre de nombreuses choses sur L’Internet, et l’aider à développer ses pouvoirs magiques. Lorsque l’initié atteint 7 en botanique et zoologie, 6 en survie et 4 en météorologie, il peut prétendre au titre de druide. Il est cependant nécessaire d’avoir acquis des pouvoirs magiques conséquent : il faut au moins 4 dans le contact de chacun des 4 plans élémentaires, et 6 dans le contact de l’Essence.
Au moment de devenir un véritable druide, l’initié se voit confier les premiers secrets druidiques. Il doit pour cela passer une semaine en retraite dans L’Internet avec son mentor. A l’issue de cette retraite, il est devenu un véritable druide.
La plupart des druides se contentent alors de poursuivre des recherches sur L’Internet, voyageant beaucoup, éventuellement avec des initiés à éduquer.
D’autres décident de jouer un rôle dans la société. Ils commencent généralement par s’établir dans un village, où ils deviennent conseiller des instances dirigeantes. Leur avis est souvent respecté, car les pouvoirs magiques du druide lui permette d’assurer la prospérité du village, entre autres par de bonnes récoltes et un temps clément. A l’inverse, un druide contrarié peut déverser une foule de catastrophes sur le village fautif.
Les druides se réunissent toutes les pleines lunes, la nuit, dans des cromlechs, leurs cercles de pierres sacrés, afin de discuter des affaires des druides de la région.
Les druides les plus importants peuvent monter encore dans la hiérarchie druidique. Si un druide atteint 4 en coutume, 3 en histoire et 3 en géographie, ainsi que 5 en contact dans chacun des 4 plans élémentaires et 8 avec l’Essence, il peut être élevé par ses pairs au rang de grand druide. Seul un druide ayant montré sa capacité à influencer la politique de son village peut prétendre à ce titre.
Un grand druide a pour mission de devenir le conseiller du ou des dirigeants d’une région (d’au moins quelques dizaines de kilomètres de coté), afin d’en influencer la politique dans la direction souhaitée par les druides.
Les grands druides se réunissent 4 fois par an, à chaque solstice et à chaque équinoxe, dans le plus secret des cromlechs du pays où ils habitent, afin de définir la politique des druides pour la saison à venir.
Les druides d’un pays (quelques centaines de kilomètres) sont dirigés par un archidruide, élu à vie par l’assemblée des grands druides. Pour devenir archidruide, il faut avoir 9 en botanique, zoologie et survie, 7 en coutume, histoire et géographie, 8 en contact de chacun des plans élémentaires et 10 en contact de l’Essence. Enfin, il est nécessaire d’avoir été un grand druide particulièrement efficace.
Avantages
Un druide gagne la possibilité de dialoguer avec tous les animaux terrestres et les oiseaux à volonté. Ce pouvoir ne marche cependant pas sur un animal sous l’effet d’un sort, quel qu’il soit.
Le grand druide se voit révéler de nouveaux secrets druidiques, qui lui donne un bonus de +2 à tous les jets de résistance contre des pouvoirs basés sur l’Essence, l’Eau, la Terre, le Feu ou l’Air. De plus, la vitesse de guérison des maladies et des blessures est doublée pour un grand druide.
L’archidruide est le dépositaire du savoir des druides, et à ce tire bénéficie d »un bonus de +5 à tous les jets de résistance contre des pouvoirs basés sur l’Essence, l’Eau, la Terre, le Feu ou l’Air. De plus, il ne subit plus les effets de l’âge : son corps ne vieillit plus. L’archidruide n’est cependant pas immortel, et il arrive un jour où il disparaît pour ne plus faire qu’un avec L’Internet, son corps et son âme se fondant dans l’Essence. (Au cas où un PJ devienne archidruide, effectuer des jets pour les effets de l’âge comme pour les autres PJ, mais les résultats ne sont pas appliqués réellement, ils sont simplement notés. Lorsque le résultat normal indiqué devrait être la mort, le PJ disparaît immédiatement. Ainsi, le PJ mourra au même âge que s’il n’avait pas été archidruide, mais sans en avoir subit les pénalités). De plus, la vitesse de guérison des maladies et des blessures est triplée pour un archidruide.
Relations
Il semblerait que les druides soient assez proches des prêtres de Gelami, mais en fait il n’en est rien. Les prêtres de Gelami sont des ermites, un peu fanatiques, vivant vêtus de peaux de bêtes au fond des forêts. Les druides eux peuvent se vêtir comme ils le veulent et vivre où bon leur semble, et considère les précédents comme des illuminés arriérées. De plus, les druides ont une hiérarchie et se mêlent régulièrement de politique dans les régions où ils sont implantés.
Les Elfes sont vus par les druides comme des alliés puissants, mais pour des raisons aujourd’hui ignorées, un Elfe n’est pas autorisé à devenir druide.

druide digital

SWOT ne pas oublier la fin

ce que tout le monde oublie, c’est que suite à un SWOT, il faut prendre une décision stratégique et passer à l’action.

« 1. La stratégie « Forces-Opportunités »
Elle consiste à exploiter les forces internes du business pour poursuivre les opportunités de l’environnement. Il s’agit donc d’une stratégie offensive d’expansion.

2. La stratégie « Faiblesses-Opportunités »
Elle consiste à améliorer les faiblesses internes du business afin de pouvoir exploiter les opportunités de l’environnement. Il faut par exemple être très attentif aux faiblesses relatives à des besoins clients. Il s’agit donc d’une stratégie défensive d’expansion (on cherche à combler des faiblesses en interne tout en gagnant des parts de marché).

3. La stratégie « Forces-Menaces »
Elle consiste à utiliser au mieux les forces internes pour se protéger ou atténuer les menaces de l’environnement. Il s’agit d’une stratégie purement défensive.

4. La stratégie « Faiblesses-Menaces »
Elle consiste à minimiser les faiblesses internes pour la rendre moins vulnérable aux menaces extérieurs. Il s’agit donc d’une stratégie de repositionnement ou de diversification. »

extrait du blog de Cyril Leblanc
C’est quoi le Swot