Réseaux sociaux, narcissisme ou cyborguisation ?

Le cours de Sergey Brin sur le Selfie

1 – Pré-requis:
Ceci est un billet « point de vue », c’est à dire mon sentiment personnel sur un sujet délicat, car nous le vivons subissons tous et le recul est difficile à prendre pour l’expliquer simplement.

Est-on narcissique ou devient-on des robots, des cyborgs, des transhumains ?

Un réseau social est un ensemble d’identités sociales reliées entre elles par des interactions (textes, photos, vidéos et messages).
On a tendance à l’oublier mais le téléphone, le sms… sont des réseaux sociaux aussi.

On peut interpréter la cyborguisation de différentes manières.
Les innovations techniques / websocial & societal qui servent à transformer l’homme, par une transformation interne, les greffes / puces / capteurs et externe, la gestion sociale de son identité virtuelle, l’utilisation des réseaux sociaux, l’usage d’un smartphone…
On ne devient pas forcément cyborg en s’implantant une puce, la virtualisation de nos rapports sociaux y participent aussi.

Avoir besoin d’amour et de reconnaissance sur la toile changent le paradigme traditionnel des relations sociales.

2 – Comment les réseaux sociaux ont concrétisé l’existence de l’identité virtuelle

Les réseaux sociaux ont permis de finaliser le concept d’identité virtuelle.
Internet n’est pas qu’une plateforme de connaissance, c’est une plateforme d’interaction sociale.
Logiquement la gestion de son identité numérique a donné naissance à l’e-reputation.
De même que dans la vie réelle, il faut maintenant faire attention à sa réputation en ligne (E-reputation). Il faut donc produire du contenu pour nourrir ou maintenir son identité.

L’usage crée le besoin : narcissisme ou gestion active de son e-reputation, tout le monde est touché par cette nouvelle donne.

Le phénomène selfie (je me prends en photo sous toutes les coutures) est devenu un usage utilisé par tout le monde. Il ne révèle pas plus le narcissisme c’est juste une méthode pour animer sa communauté. Les ados ont réussi à imposer un phénomène à tout le monde (Rihanna, Bill Gates…).
J’avoue même être tombé dans le panneau.

Selfie Clinton

3 – On peut tout de même différencier 2 types de population, ceux qui sont nés avec les médias sociaux et ceux qui sont nés sans téléphone portable et sans Internet.

Ceux qui ont grandi avec les réseaux sociaux (les ados et les stars qui ont baigné directement dans la communication temps réel Rihanna, Mariah Carrey…)

Et les autres qui ont été éduqués sans Internet, ils connaissent 10 numéros de téléphone fixe et ont eu la chance d’échanger des lettres manuscrites.
Imaginer en 1990 il n’y avait pas de téléphone portable, je vous rappelle que l’usage des réseaux sociaux n’est pas naturel pour les adultes. Les geeks avaient un Tam Tam, c’est quand même différent de twitter et facebook.

Les réseaux sociaux perturbent cette génération (30ans -> 45ans). Même si ils ont un usage massif, ils se posent des milliers de questions et tâtonnent pour trouver leurs identités virtuelles.
On le voit dans leurs manières de se présenter, « dois-je poster des photos personnelles », « dois-je dire ce que je pense vraiment. »
Ils recherchent un miroir, une reconnaissance, une validation de leur propos par leurs familles et leurs amis proches.
Comme tout le monde ils attendent le like et en général ils utilisent plutôt Facebook et se découvrent « Mateurs » je vais fouiller dans la vie de mes collègues, amis…
L’usage est multiple et l’apprentissage sera complexe car leurs premières expériences associent des valeurs complètement différentes.

Au contraire des ados maitrisent parfaitement la double voire la triple gestion d’identité, ils utilisent des avatars et se servent des plateformes comme des outils.

La réussite de Snapchat en est la preuve (ils publient des posts, photos qui s’auto-détruisent)
Ils sont beaucoup plus réceptifs au concept de maîtrise de leurs données personnelles.
Ils se servent de twitter de manière guerrière (cf mon article les ados sur twitter )
Ils se baladent en bande et utilisent la synergie du groupe pour faire des attaques ludiques où augmenter la notoriété des nouveaux venus.
Ils trouvent Facebook « has been » et utilisent instagram pour partager des photos privées.

Pour les stars c’est un peu la même chose, celles qui ont grandi avec le temps réel et les autres.

LadyGaga, Rihanna, Justin Bieber, Katy Perry. Elles jouent, jubilent et performent sur les réseaux sociaux. C’est leur premier outil de communication, il peuvent toucher entre 30 et 40 millions de personnes en un tweet.

Les stars, les hommes politiques, les top managers qui n’ont pas grandi dans cet univers se servent des réseaux sociaux comme un moyen de communication traditionnel, ce n’est pas eux qui l’animent, c’est l’agence, le directeur de cabinet, le communicant qui prennent la parole pour eux.

4 – L’impression de narcissisme est certainement due à la jeunesse de l’usage

On se cherche et pour se trouver on parle beaucoup plus de soi.

On peut dire que les adultes essuient les plâtres de ce changement sociétal.
Les ados s’en amusent, les stars font du business et les autres essaient de suivre tant bien que mal.

Avec un milliard de personnes sur Facebook et 500 millions sur twitter ce n’est plus un phénomène mais un bouleversement.
La social TV, Facebook et twitter ont signé des partenariats commerciaux qui leurs donneront accès à des outils d’analyse des commentaires publics.
« On pourra ainsi, par exemple, savoir si telle émission de téléréalité est plus commentée par les hommes ou les femmes, et la ville d’où ils viennent »
L’influence des réseaux sociaux sera diffusée sur le petit écran, et les rares personnes hors du spectre seront converties.

Une société pas forcément narcissique mais une société connectée, qui peu à peu transforme l’homme des champs en homme de Data.
Les réseaux sociaux ont changé l’homme en média, les google glass et les objets connectés le changeront en cyborg.

Nous travaillons avec 50A et MyDataLabs pour fournir à notre génération (clients, amis) les bases essentielles pour avancer, communiquer et préserver leur « capital social ».

J’ai retrouvé Yann Mxxxxxxx !!!

Encore une fois on peut voir les effets négatifs / positifs d’une bonne gestion de sa réputation cf l’ereputation au départ une blague pour retrouver un ancien camarade, la rumeur prend le dessus !!! et Hop
Internet est devenu un terrain de jeu où l’arbitre n’est plus que le GOOGLISME.
Nous allons voir combien de temps il faudra pour effacer cette gentille trace qui n’a pas forcément été bien interprétée.

Nicolas un ami qui vous veut du bien !

Réseaux Sociaux / Le nouvel Economiste / Citation Weavlink

Un bon article où l’on cite les sources, ce n’est pas le cas de PC MAGAZINE de ce moi ci qui a pompé mon plan + interview sans même une citation copyright moyen / intégrité 0 ;o)

« Il en est un dont la vocation principale et affirmée est d’aider ses membres à trouver un emploi.Weavlink propose de mettre en relation les entreprises avec des étudiants de grandes écoles comme l’Essec,HEC,Edhec…destinés pour la majorité d’entre eux à occuper des postes d’exécutifs. Nicolas Bermond,son cofondateur, défend “une démarche pour l’emploi qui privilégie le long terme ainsi qu’une démarche innovante pour les entreprises, différente du recrutement en ligne qui fonctionne sur le mode du “one shot”… »

Voir la suite ici

Identité virtuelle ≠ Perte d’identité

En ce moment j’entends différentes théories, hypothèses, brèves de comptoir sur l’identité virtuelle personnelle.

J’essaie de les lister ci-dessous:

– Identité virtuelle s’assimile à sa propre identité
NON et heureusement l’identité on line est juste la continuité du concept qu’on appelle AVATAR, la différence est qu’il porte votre nom et prénom. Que celui ci est régulièrement googlé par vos proches, votre employeur, les acteurs de votre communauté métier, loisir, associatif… et pour finir certainement que l’administration (RG, Fiscal…) y jette un œil!

– L’identité numérique est un phénomène de société lié à la people IZATION
OUI et tant mieux si le fait de vouloir être une star pousse à la production de contenu, continuons dans cette voie

– Son e-reputation est incontrôlable ATTENTION
NON mais pour cela il faut maitriser les rouages de la machine Internet, donc OUI Internet est un outil à ne pas mettre en toutes les mains. Il faudrait créer dès le collège des cours sur l’usage de l’internet civique et la gestion de sa réputation.

– Je n’ai pas besoin d’avoir une identité virtuelle
OUI effectivement ce n’est pas une obligation, mais même si vous ne souhaitez pas apparaitre on line veillez à ce que les autres ne parlent pas de vous en mal.

– Avoir une identité numérique amène à la perte de sa propre identité
OULALA question trop philosophique de comptoir qui me rappelle la peur de l’électricité, des ordinateurs des consoles de jeux..

– Impossible de gérer sa réputation par FACEBOOK
OUI pour les novices et NON pour les aficionados du web 2.0

Dans tous les cas votre vie privée ne concerne que vous et ce postulat n’est pas nouveau donc si vous souhaitez faire partie de la société de voyeurisme, lâchez vous des milliers d’outils et de réseaux sociaux sont à votre disposition sur le web. Si vous souhaitez gérer votre vie privée, vous devez être vigilant à chaque fois que vous publiez des informations sur la toile.

La prochaine fois je fais le parallèle avec l’entreprise.

Les articles que j’aimerai écrire si j’avais le temps…

1) Pourquoi blogger peut être contre productif?
2) Un outil à mettre en place pour scanner le contenu de son réseau de 1er, 2eme niveaux de séparation (une mine d’or d’informations)
3) Market place de Follower, Back link, billet comment dealer son e-reputation?
4) Que manque t’il à Posterous pour en faire une killer application?
5) Les clés de la réussite d’un réseau professionnel (Animation de communauté, niche, usage et accessibilité)

Je vais m’en servir comme to do list !!!

CP FORUM VIRTUEL SUPELEC / WEAVLINK

Forum virtuel
Weavlink et Supélec présentent le premier Forum Virtuel Grandes Écoles

Étudiants et entreprises se donnent rendez-vous les 3 et 4 décembre 2008 dans le monde virtuel 3D de Google

Paris, le 13 novembre 2008 – Weavlink, le réseau social privé des grandes écoles pour l’emploi et Supélec, l’École Supérieur d’Électricité, organisent les 3 et 4 décembre 2008 un forum virtuel de recrutement dédié aux jeunes diplômés de grandes écoles, en parallèle du forum traditionnel Supélec 2008.

L’univers virtuel 3D pour recruter la génération Y du Web

Supélec et Weavlink proposent conjointement le premier forum virtuel permettant de construire une nouvelle manière d’échanger et se rencontrer entre candidats et recruteurs.

« Nous associer à Weavlink nous permet de créer la première manifestation de ce genre et s’inscrit dans la culture d’innovation de notre École. En effet, le Forum Supélec explore de nouveaux modes de communication entre candidats et recruteurs. Côté pratique, cela donne aussi la possibilité à des étudiants absents du Forum, de profiter malgré tout des avantages d’un rassemblement tel que le nôtre ! », déclare Malcolm Chabannais, Président de l’Association du Forum de Supélec.

Pour les entreprises participantes, telles que THALES, Logica, EADS, Alten, le forum virtuel Supélec est l’opportunité de rencontrer des jeunes talents autrement que par la voie traditionnelle. Cela s’inscrit dans une stratégie de recrutement innovante, de plus en plus adoptée par les entreprises qui souhaitent s’engager dans cet univers très prisé des jeunes.

Une présélection des candidats via le réseau grandes écoles Weavlink

Pour optimiser la qualité des échanges, chacun des recruteurs aura accès au profil des postulants via la plate-forme Weavlink, acceptera ou non les demandes de rendez-vous et mettra à jour son agenda disponible sur Weavlink.

Les inscriptions et le suivi de l’agenda se feront via la plate-forme Weavlink, tout comme l’accès à GoogleLively. En résumé, la plate-forme Weavlink centralise tous les process.

« L’étude menée en amont nous a montré l’importance d’une présélection des candidats par le recruteur pour les entretiens ainsi que la nécessité de proposer une technologie intuitive et simple d’utilisation telle que Google Lively, critère auquel ne répondait pas SecondLife », explique Jean Mariotte, co-fondateur du réseau Weavlink.

Les entreprises présentes sur le forum Supélec disposeront d’un ordinateur « clé en main » sur leur stand, avec un avatar recruteur et une salle d’entretien virtuelle aux couleurs de l’entreprise.

Enfin, les candidats pourront continuer les échanges avec les recruteurs sur Weavlink après le forum. « L’idée est de proposer un événement ponctuel fort tel que le forum virtuel et y associer une démarche continue d’échange sur le long/moyen terme via le réseau Weavlink », souligne Jean Mariotte.

Le virtuel pour plus de transversalité et de diversité

Cet événement est conçu comme une action globale pour permettre de sensibiliser un maximum d’étudiants et de jeunes diplômés issus de toutes les écoles d’ingénieurs et de commerce.

« Nous souhaitons apporter une dimension encore plus transverse au forum virtuel de Supélec. Ainsi, ce forum virtuel est également l’occasion pour les recruteurs de rencontrer des candidats parmi toutes les communautés grandes écoles de Weavlink (Centrale Paris, Arts & Métiers, ESSEC, X, …) », conclut Jean Mariotte.

Pour les étudiants, la seule formalité est d’être déjà membre de Weavlink par le biais de leur école.

En plus des profils des grandes écoles partenaires de Weavlink, Mozaik RH, association spécialisée dans le recrutement et la promotion de la diversité, invitera et présentera des profils issus d’universités et de cursus plus atypiques.

Partenaires :

www.supelec.fr
www.hobsons.fr
www.lesjeudis.com
www.tmpneo.com
www.iquesta.com

À propos de Weavlink – www.weavlink.com

Weavlink est le réseau social privé des grandes écoles pour l’emploi et s’appuie sur des technologies et concepts issus du web 2.0.

Véritable outil de communication RH pour les entreprises, Weavlink permet aux entreprises de développer leur réseau auprès des étudiants et jeunes diplômés de grandes écoles et de dynamiser leur visibilité en leur donnant la possibilité de recruter, faire connaître leurs métiers, leur politique de recrutement, …

Plate-forme de social networking, Weavlink permet aux étudiants et jeunes diplômés d’enrichir et de développer leur réseau professionnel, d’échanger et de bénéficier de feedbacks exclusifs.

Après un an d’existence, Weavlink regroupe d’ores et déjà plus de 7 000 membres, 30 communautés écoles françaises les plus prestigieuses et xx entreprises parmi lesquelles Alten, Dassault Systèmes, EADS, Logica,…

Contact Presse

NEODIALOGUE
Marie Heydenreich / Stéphane Martin
mheydenreich@neodialogue.fr / smartin@neodialogue.fr
01 45 190 191 / 01 45 190 190

WEAVLINK
Reese Maabich
Responsable Communication et Partenariats
reese@weavlink.com
06 29 22 81 06 / 06 45 29 51 94