SAS DE DECOMPRESSION OBLIGATOIRE !

Et voilà, on est bel et bien rentrés, notre peau se décompose et notre bronzage ne veut plus rien donner malgré l’acharnement prononcé de l’application de crème solaire…

Cela m’amène à réfléchir / discuter de cette décompression obligatoire (manière de vivre 2.0), de créativité relaxante (Barcamp) et de délocalisation momentanée de l’entreprise (50A part travailler 1 semaine dans le sud en attendant la finition de son cockpit parisien).
Avec la retraite à 62, 65, 67, 77… et des besoins de plus en plus précis qui demandent de plus en plus d’efforts et de performance, il faudra forcément décompresser pour vivre sans dommages collatéraux !

Rien de mieux que de partir à l’improviste
Il faut toujours que je commence mes vacances avant la date officielle. Cette fois encore j’ai fait fort !
Dernière semaine, dernière ligne droite. Normalement on se concentre pour boucler, finir dans les temps…Ben non, moi j’ai pris la mauvaise habitude de partir en java soir après soir, histoire d’oublier tout : mon caleçon de bain et surtout toutes mes obligations !
Cette années les vacances s’annoncent variées, longues voire sans illimitées.
Hé oui, variées car au programme, minimum 3/4 pays, sans destination, ni durée fixe !
C’est vraiment les vacances, enfin plutôt la liberté, voire la décompression totale.
Résultat des courses sur mon blog photo / vidéo : OPEN WAY OF LIVING
Les vacances sont au centre du protocole de décompression.


Mon hypothèse nocturne se base sur le fait que de plus en plus nous allons avoir besoin de se reposer, se ressourcer, se régénérer, décompresser, sortir du cocon travail-maison-habitudes afin d’affronter ce changement de paradigme.
Eh oui on arrive à la rupture et comme on nous en demande toujours plus et qu’on nous impose (mondialisation oblige) de faire toujours mieux, il va falloir être résistant, créatif et performant.

Pour commencer la recette de relaxation créative il faut :

1) S’organiser, la gestion du temps est au centre de la démarche. Pour cela vous pouvez lire le livre de Tim Feriss la semaine de 4h et consulter son blog http://www.fourhourworkweek.com/blog/. C’est vrai qu’il nargue un peu car il a surtout trouver la recette pour faire un Best Seller, mais il y a de très bonnes idées à retenir.
Avoir du temps devient de plus en plus important, du temps pour apprendre, du temps pour être créatif et du temps pour déconnecter.

2) Participer à des évènements de création collective type Barcamp. J’entends déjà « oui c’est le samedi, on a déjà travaillé toute la semaine…. »
Eh bien NON ce moment permet de détendre les esprits, d’échanger et de pratiquer la gymnastique co-créative qui repose… Je vous le garantie !
Pour tester cette décompression nous vous invitons au Barcamp E-reputation ce week enk (Inscription GRATUITE je le précise car on me pose souvent la question, enfin ce n’est pas gratuit ce sont les sponsors qui paient et les planners qui donnent leur temps).
Un autre évènement qui va se mettre en place dans les prochains mois est l’Open Kitchen ou Kitchen Camp on se réunit d’ailleurs à ce sujet le soir du Barcamp avec Christophe Ducamp (Penseur en prairie verte et fleurie) / Arnaud Bouret (Druide de l’évènementiel ouvert et proprio de la cartonnerie). Si vous êtes intéressés par la bonne bouffe, l’art de la table, la sociologie, l’éco-equilibre, la prospective… enfin si vous êtes passionnés par ce monde qui change, rejoignez nous !

3) Délocalisation de l’entreprise

Nous vivons une rentrée compliquée et stressante cf TWEET « Au boulot et il y en a beaucoup #barcamp #travaux50A #clients #RetD #kitchencamp #iPad (@ 50A) http://4sq.com/aVHpef »
Chez 50A agence digitale tout le monde travaille pour la mise en place de ces projets excitants. Ce stress que nous engendrons, nous souhaitons l’évacuer rapidement.
On a donc décidé à la fin du mois et pendant la durée des travaux d’habillage de notre espace collaboratif de création de projet de partir travailler dans le sud, dans la maison du papa du patron. Cet endroit a été pensé pour revenir aux fondamentaux (Boire, Manger, Contempler).
Nous allons devoir composer avec le travail et c’est là ou ça va devenir drôle !
Suite des prochains épisodes sur notre page fan

Bien d’autres moyens sont à intégrer dans le sas de décompression, je citerai le retour aux sources, la consommation locale, l’appartenance régionale…

De toute façon ce vaste atelier est lancé, et nous (les activistes prospectifs hédonistes) sommes ouverts pour en discuter autour d’un bon plat et d’une bonne bouteille !!!

@nicolas2fr

Le 5eme élément pour nous sauver du court-termisme

En ce moment j’ai l’impression que tout converge, chaque action engagement usage tend à revêtir une même forme le court-termisme. Positive ou négative cette tendance se déploie sur nous comme un rouleau compresseur imposant un modèle qui ne nous rend ni plus heureux ni plus intelligent.

L’environnement, les choix politiques de ces dernières années m’amènent à faire un rapprochement entre les choix à court terme de la vie réelle et l’usage court-termiste de l’Internet.

Je le vis en utilisant les medias sociaux qui envoient un flux d’information continu, difficilement hierarchisable, qui fait de moi un égocentrique voyeur.
Je le vis quand je lis une somme d’information sur twitter que je n’arrive même plus à enregistrer.
Je le vis quand je ne prends même pas le temps d’envoyer un message sur Facebook à une personne qui me demande en ami et que je n’ai pas vu depuis 15 ans (la réciproque est vraie aussi).
Le RTW ou real time web n’a pas que des côté positifs !

Quand en 2004 j’évangélisais le social networking cf archive on avait une autre idée de l’outil.
L’outil social devait avant tout cartographier son périmètre relationnel (Théorie des 6degrés de séparation) pour retrouver, entretenir, faciliter du lien réel (IRL dans la vie réelle)

Si je remonte plus loin en 1995 avec ma première connexion Internet, j’imaginais Internet comme un espace de liberté, de rencontre et une source d’information sans limite… pas de dominance, de l’intelligence collective brute.

L’idée d’Internet pensée par les chercheurs qui l’ont conçu ne devait appartenir à personne, être une intelligence impalpable.

Rapidement j’ai vu l’internet des portails WANADOO, LYCOS, YAHOO puis l’internet « du » moteur de recherche GOOGLE et maintenant on vit l’internet SOCIAL avec FACEBOOK.

Finalement des Internet apprivoisaient, un jour par Google l’autre par Facebook, le suivant par microsoft et de temps en temps par l’Open Source.

Pour pallier au court-termisme et danger d’appropriation du web par les « Big Brother », il faut repenser l’internet comme le 5eme éléments Eau, Terre, Feu, Air et Internet

Historiquement cf wikipedia
« Héraclite voyait dans le feu l’élément premier à l’origine de toute matière, Anaximène lui envisageait l’air comme essence de toute chose alors que Thalès préférait l’eau. Enfin, Empédocle, au début du Ve siècle avant notre ère, admis que les quatre éléments réunis composaient l’univers. Pour Démocrite l’univers était composé d’« atomes » (en grec « a-tomos », qui ne peut être coupé), c’est-à-dire de particules microscopiques insécables et éternelles, qui composeraient la matière comme des briques forment un mur et qui auraient la forme générale de l’objet (rond, pointu, concave…). »

Je tiens dès aujourd’hui à compléter et à nommer l’Internet comme le 5eme éléments.
Celui ci permet de transporter gratuitement l’information et d’enrichir un réservoir d’intelligence collective impalpable. Celle ci est mais surtout pourra échanger avec vous dans tous les moments de la vie (education, travail, objet).

Tout repose donc dans l’usage, à l’image du capitalisme qui nous montre ses limites, nous observons aussi les limites du 100% connectés, de l’internet en temps réel, des medias sociaux et de la géolocalisation.
Il ne faut pas être extrémiste et prêcher la déconnexion totale, une solution radicale sans intérêt, par contre des zones, des sasses, des temps, moments, des espaces sans ondes ni connexion me semblent intéressantes…Important pour reprendre le temps de réfléchir

Je crois que chacun va devoir définir sa méthode et son usage.

A quoi me sert l’outil ? Comment je l’utilise? Mes sources d’informations? Pourquoi je dois créer du contenu ? Comment produire mais surtout où dois je déposer mon contenu ?

C’est ainsi que nous éviterons les travers de l’hyper connexion mais surtout nous ne sommes pas obligés de mimer le bordel et les dérives d’un capitalisme à bout de souffle.
Finalement Google et facebook imposent de manière moderne, fun et social ( 2.0) une société de consommation rajeunie mais similaire dans l’isolement et l’hyper consommation.
Il faut penser durable et s’aider du 5eme élément pour faire sa place dans un monde complexe où l’équilibre est lié au chaos.

THE[SPIRIT]METHOD clin d’oeil à la Team !
@nicolas2fr