Catégories
On the Web

l’heure du bilan carbone et de l’entreprise 2.0

Suite à une petite recherche sur le bilan carbone, me voilà entrain d’écrire un billet, sur un domaine qui m’interesse mais dans lequel je ne suis pas très érudit.

A force d’en parler et comme un bon chef d’entreprise entrepreneur (pour le wikio rank).
J’envisage de mettre en place 2 types de certification dans (mon) mes entreprises. La traditionnelle ISO 14000, d’ou mes recherches sur le bilan carbone pour se mettre dans le bain et s’appuyer sur un utilitaire (tableur) prêt à l’emploi.

La deuxième certification que je souhaite mettre en place c’est l’OPEN COMPANY, OPEN ENTERPRISE, entreprise 2.0….(terme à définir)

En gros c’est une certification maison issu des idées réussies de l’open source et utilisant ses outils et son fonctionnement (communauté, partage, intelligence collective, propagation…).

Pour cela je souhaite mettre en place un mini charte interne car quand on l’écrit on s’engage un peu plus :

– Le poste de travail n’est plus fixe chaque collaborateur doit pouvoir changer de PC, télétravailller, s’adapter à son entourage et s’enrichir de ces nouveaux voisins.
Une semaine par an nous partrons tous travailler à la campagne pour brainstorming champêtre.
Avantages => mobilité, organisation, ouverture d’esprit

– Les réunions sont interdites pour partager une problématique les pic-nics et restaurant du quartier sont de rigueurs.
Avantages => Gagner du temps et surtout rien de mieux qu’un endroit neutre si tout le monde doit s’ouvrir pour trouver une solution.

– Un point basique, interdiction d’imprimer sauf dérogation exceptionnelle.
Avantages => écologique / économique

– Auto évaluation des salariés, mis en ligne sur son blog personnel qui sera commenté par les collaborateurs directs.
Avantages =>Transparence et impact direct de son travail sur l’autre dans l’entreprise.

– Obligation d’apprendre 3 métiers connexes pour l’entreprise et pour sa sécurité professionnelle.
Avantages =>=> Vous serez certain de ne pas connaitre le chômage et de vous éclater tous les jours au travail.

– Favoriser les embauches en format indépendant (freelance, auto entrepreneur, eurl…)
Avantages =>Soulagement du chef d’entreprise qui est censé n’être plus qu’un animateur d’entreprise.

– Organiser des évènements ouverts pour fédérer ses équipes, échanger avec ces clients et inviter ces amis (BarCamp, OPenKitchen, Apéro…)
Avantages =>Même quand on est petit on a l’impression d’être gros.

– Opération No Stress, tout le monde veille au bien être de toute l’équipe, si on juge qu’un collaborateur est fatigué ou stressé on le décharge et ou on le met en vacances.
Avantages => Pas de pétage de plomb, moins de maladie et surtout plus de bien être.

Et d’autres mais là j’avoue que je n’avais pas prévu d’écrire un article ;o)

Pour l’avenir je reviens vers mon idée de logiciel autogéré d’entreprise social de partage des richesses de celle-ci.
Une entreprise ouverte ou n’importe qui, n’importe quand, mais pas n’importe comment pourrait travailler. En fonction de je suis un travailleur éphémère ou durable, temps de travail et ROI apporté à l’entreprise (là c’est le point sensible à étudier) je me partage les parts, les bénéfices de l’entreprise et un salaire en fonction de mon investissement.

Catégories
On the Web

Le monde change et vous ?

Le monde change et les entreprises commencent à percevoir les modalités du changement.
L’entreprise 2.0 a établit de nouvelles règles : collaboration, cooptation, partage de l’information…

Un mode de fonctionnement qui bouleverse les sociétés qui ont toujours eu pour habitude de maîtriser leurs images.

Alors que le train roule porte ouverte vers le monde de la génération Y (Hédoniste, opportuniste, fin négociateur et féru de nouveau média) on peut se demander où se situe les entreprises françaises.

Les PME / TPE semblent être assez réactives aux outils disponibles sur le marché (réseaux sociaux, internet, travail collaboratif…). Leurs modes de fonctionnement et leurs structures plus flexibles seront un atout pour passer d’un monde à l’autre.

Les grands groupes (CAC 40) basculent peu à peu. Même s’ils ne veulent pas passer à côté de cette nouvelle révolution, il y a encore quelques réticences à ouvrir les vannes de l’information. Or, le risque majeur serait de vouloir nager à contre courant. Un courant qui va leur permettre de coller à une nouvelle génération qui s’informe, consomme et vie différemment.

Le secret de la réussite dans cette nouvelle donne passe par le pilotage en amont de sa réputation.
Une réputation qui ne cherche pas à enjoliver la vérité, mais une somme d’outils qui permettent de piloter les bons et les mauvais usages. Idéal pour de la gestion de crise et la communication institutionnelle, ces bonnes pratiques et outils vont prendre de plus en plus de place dans les investissements en communication corporate.

A vous de jouer, nous sommes preneurs d’expérience de conduite de changement dans le dit 2.0