Avoir raison ou tort, est ce vraiment la question ?

Je me suis toujours basé sur un principe que je ne savais qu’une chose, c’est que je ne savais rien. Citation de Socrate que je n’avais pas étudié dans sa profondeur mais qui m’allait bien dans mon principe de découverte de la vie. Si je ne sais rien, je ne peux être sûr de rien et si je veux apprendre il faut que je reconnaisse mon ignorance. Si l’on est persuadé de quelque chose, on tombe facilement dans la croyance, le culte, la bien pensance etc…

C’est le même principe quand on veut avoir raison et je reprends ici une citation de Raymond Devos « Je crois qu’on a toujours tort d’essayer d’avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu’ils n’ont pas tort ».

Je ne sais pas si vous voyez où je veux en venir dans tous les cas je vais essayer de vous éclairer.

Une de mes passions est la cartographie de communauté, grâce à cela j’enrichi au fur et à mesure mes connaissances et forcément mon opinion évolue en fonction de mes trouvailles. Je les partage bien évidement de vive voix afin de les confronter.

De mes recherches et mes rencontres, j’ai vu éclore de nouvelles communautés.

L’antivax :

Il est contre le vaccin voire tous les vaccins, contre le pass sanitaire. Il se voit plus comme un résistant au gouvernement et au monde capitaliste.

La confiance est rompue et le bénéfice / risque bascule vers l’anti. Malheureusement trop souvent assimilé aux complotistes, les anti vaccins sont souvent incertains de la sûreté des vaccins mais ne sont pas tout le temps dans une démarche radicale du refus.

Certains initiés, on d’autres croyances, médecine alternative qui ne faut pas juger car peut être qu’elles sont aussi utiles que la médecine standardisée.

Cependant la zone de friction / basculement liée à certains gourous du web malveillants est fragile. Les tutoriels, la rhétorique et la dialectique de propagande est abondante sur tous les réseaux sociaux. Et le risque d’être embrigadé est évident.

Ce groupe qui englobe beaucoup de différences est souvent catalogué par les médias comme une pensée unique archaïque, ce qui très loin d’être le cas.

L’antipass sanitaire :

Il est pour l’anonymat, pas question de badger avec un QR code dans un bar, restaurant ou autre lieu public. Il n’est pas forcément contre la vaccination. Pour lui c’est la matrice cf Matrix, plus possible d’être dans une ville sans être en permanence sous contrôle. Il trouve ces choix politiques liberticides, il se fait beaucoup de soucis sur le capitalisme de surveillance et pour les opposants dissidents à un régime. Pensez et agir différemment peut devenir complexe voire dangereux dans cette configuration.

Le transvax :

Il s’agit de personnes qui se considèrent comme vaccinées, alors qu’en réalité elles n’ont pas eu physiquement le vaccin. Ils ne sont pas contre les vaccins, uniquement contre l’injection Covid. J’ai lu récemment qu’il souhaitait créer et  intégrer la minorité des LGBTQIV+

Le bivax :

Dur à croire mais ce sont ceux qui n’acceptent qu’une seule dose.

L’obligé :

Il ne voulait pas mais il a été contraint par  son travail ou pour les commodités de la nouvelle configuration de vie.

Le provax :

Il croit en la science, la médecine, Pasteur. Il pense que l’unique solution se trouve dans l’immunité collective pour lui aucun doute il faut se faire vacciner et dépasser tous les doutes et les contraintes. Une fois  tout le monde vacciné, nous pourrons prétendre à un retour à la normale. Ceux qui ne se vaccinent pas sont des inconscients et mettent en danger l’humanité.

Le transhumaniste assumé :

Il n’attend qu’une chose, l’implantation de sa puce, l’auto-vaccination à distance. Il a déjà acheté sa résidence principale sur Mars en prévision de la fin de la vie sur Terre.

Si on prend un peu de recul, on se rend compte que l’on assiste à un nouveau communautarisme. On devait déjà régler le comment vivre ensemble avec différente communauté culturelle, cultuelle… Pour simplifier la tâche, on se rajoute une complication, le communautarisme sanitaire.

L’antivax juge le provax et vice versa. On a  quand même réussi à créer un nouveau communautarisme, nativement programmé pour que tout le monde se tape dessus, à coup de j’ai raison, tu as tort !

Le pire de l’histoire est le calcul stratégique de notre président qui en une intervention a réussi à diviser la population en 2 clans. Tu n’es pas vacciné tu as tort, tu es vacciné tu as raison. Ce calcul sera peut être bénéfique pour sa réélection mais c’est il me semble une faute Politique sans précédent.

Comment peut on miser sur le divorce quand naturellement on devrait miser sur l’apaisement pour réfléchir à des solutions ensemble ?

Les réseaux sociaux et les médias clairement complotistes montrent l’amplification de la théorie du fer à cheval (l’extrême droite rejoint l’extrême gauche comme un fer à cheval et n’est pas comme on l’imagine linéaire), je m’aperçois qu’une opinion d’extrême gauche bascule rapidement vers l’extrême droite dans certains groupes et vice versa.

Le pass sanitaire va fédérer un large public (gilet jaune, antivax, anti pass sanitaire, défenseur de la vie privée , soignants…) et les manifestations vont être une caisse de résonance d’un bruit fossé aux conséquences désastreuses (on a vu comment sont traités les manifestants…)

Quand on analyse Twitter, le bénéfice politique de ce bruit profite très souvent au nationalisme / patriotisme. Je suis prêt à parier que les votes des régionales seront opposées pour les présidentielles.

Finalement ce choix politique est une machine à transformer un indécis en électeur extrémiste ou abstentionniste. Ce qui par défaut pourrait arranger certain.

Je suis un peu sortie de ma réflexion, avoir tort ou avoir raison ?

On est malheureusement toujours tenté de donner son avis. Est-ce pour flatter son ego ? Est ce pour avoir l’impression de partager ses sentiments ?

L’avis, à la différence de l’affirmation permet le débat et c’est certainement ce qu’il faudrait travailler un peu plus de manière collective. On n’est pas obligé de faire un référendum pour échanger. On peut tous à un moment donné partager quelques lignes ou quelques mots sans transformer une réunion de famille en pugilat. Il me semble que c’est important de parler en ce moment et ne pas se freiner en ayant peur de choquer ses proches. On a tous une lecture intérieure de ce que nous vivons.

Moi, ça me donne envie d’en apprendre plus sur, comment vivre mieux le communautarisme, qu’il soit culturelle, cultuelle ou sanitaire. J’aimerais croire qu’il y a des passerelles entre les communautés pour qu’elles échangent et s’enrichissent. J’aimerais croire que tous ces communautarismes se disent, finalement on fait tous parti de la communauté Terre.

N’était ce pas l’enjeu de nos enfants vivre ensemble et dépasser son pré carré pour affronter la fin d’une civilisation et l’émergence d’une nouvelle ?

Si c’est le cas, notre devoir prioritaire est de les accompagner au mieux dans ce nouveau monde.

Je vous embrasse mes ami.e.s

Nicolas Bermond

Publié par nicolas2fr

Druide et ambassadeur de Hackeurs -> <- CAC40. Combat la liberté et l'échange, fan de code et des logiciels libres même si des fois j'utilise les GAFAM pour m'amuser avec l'ennemi.

Rejoindre la conversation

5 commentaires

Laisser un commentaire

Reposts

  • thibaut brousse

Mentions

  • Duperret
  • Louis Sept