Projet Fermier

Après le bateau (étude sur la micro consommation en mer de data) et de l’auberge de Marseille (Sas de décompression pour cadre et créatif parisien) 50A remet le couvert avec son projet Fermier.

La Ferme peut être fixe ou en résidence dans d’autres Fermes qui sont en recherche de revenu complémentaire, de formation connexe ou d’animation du lieu. La ferme pourrait devenir un endroit de partage pédagogique et de fête.

L’idée est de mélanger WOOFING et transformation numérique.

L’objectif principal du projet Fermier est de faciliter la rencontre entre 2 univers opposés, la campagne et la ville.

Mais aussi de se servir de l’enseignement de la nature pour repenser notre avenir et nos pratiques professionnels.

La permaculture ne peut elle pas s’adapter au digital ?

Un label bio pour le numérique est il envisageable ?

Nous souhaitons réunir les forces de la ville et de la campagne afin de proposer un projet ayant du sens pour tous.

La mise en place est simple, la Ferme nous héberge pour 2 cycles de formation, le premier nous enseigne la culture / gestion d’une ferme et le 2ème nous formons au digital et à la transformation numérique. 

Vous rêvez de vivre à la campagne, d’avoir votre jardin et de teletravailler ? 

La Team 50A invente « la Ferme » Lieu de vie, de production et de formation où l’on apprend à être plus autonome.

La Ferme est un co-living, on peut donc y vivre, travailler et se former. 

La Ferme propose des formations, l’incubation de projet  mais aussi une agence digitale.

La Ferme héberge une communauté qui partage le bon sens, la simplicité et l’envie de faire.

La Ferme aime le maréchage et la permaculture qui seront la base des nouveaux référentiels en terme de reconversion mais aussi de production de dispositifs digitaux. 

La Ferme fait beaucoup d’événements, c’est le secret de son implantation locale.

projet fermier
projet fermier woofing et transformation digitale

3 types de Formation :

1/ Reconversion 

À la Ferme, formes toi au digital et au numérique pour te reconvertir et travailler où bon te semble.

2/ Digitalisation 

À la Ferme, optimises les flux de ton entreprise, mets en place le travail à distance, et initialise le e-commerce.

3/ Developpement 

À la Ferme, on forme les artisans créateurs, ayant un savoir faire régional qui cherchent des leviers de distribution à l’international.

4/ Indieweb 

À la Ferme on prône  l’indépendance du web, en travaillant sur l’indiemark. Soit propriétaire et Indépendant de ton hébergement, nom de domaine, blog.

À la ferme on code, on plante, on cueille et on peut aussi aller vendre sur le marché. 

Pour plus d’information, commencez donc par faire un tour à une nos conférences !

Un cycle de conférence et de Barcamp sont organisés à Paris, contactez nous 

Ensuite nous vous trouverons la Ferme et la formation adéquate, vous pourrez ainsi vivre en résidence quelques mois pour mettre en place votre projet.

ITW Nicolas Bermond by Manon

Bonjour Nicolas, vous êtes mon maître de stage, mais surtout le dirigeant de votre propre entreprise, 50A. J’aimerais savoir ce qui vous a poussé à créer votre propre entreprise ?

Je n’ai imaginé être salarié, j’ai monté ma première entreprise « La maison de l’Olivier »  à 19ans. Un concept store « Made in Provence » vente d’huile d’olive, nappe provençale etc à Saint Tropez. Je me suis formé à la vente, au marketing et à la comptabilité avec cette société.

Avant de créer 50A, que faisiez-vous ? 

J’ai monté 2 Start ups, le premier réseau social français dédié au grandes école. « Weavlink » et une sorte de Facebook mélangé à Google plus PlanetMoi

Pourquoi avoir choisi de positionner votre entreprise en communication et principalement en communication digitale ? 

J’étais persuadé qu’il fallait fournir au  ETI / fédération  et pour le BtoB en général une offre à la pointe en terme de dispositif digitaux et d’animation des réseaux sociaux. Mais surtout j’étais certain que le service est le moyen le plus rationnel pour faire du CA 

Je sais que l’entreprise repose sur trois têtes pensantes. Pourquoi avoir fait le choix de travailler avec des associés ? Le recommandez-vous pour le bon fonctionne d’une entreprise ? 

Il faut s’associer avec des profils complémentaires car une personne ne peut pas être à la pointe dans tous les domaines.

Cependant c’est très dur de trouver des associés complémentaire qui partage les mêmes valeurs, car si les valeurs sont différentes l’association ne durera pas. 

Il faut chasser beaucoup pour en trouver 😉

L’environnement de travail est important, pourquoi avoir choisi de faire collaborer l’équipe dans un même espace ? 

Il faut se voir pour travailler sinon autant télétravailler.

L’entreprise a fêté ses 15 ans cette année, vous avez donc une certaine expérience. Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaiterait créer sa propre entreprise ?

Il faut faire ce n’est pas l’idée qui compte c’est la ténacité et la capacité à se réinventer. 

L’année 2020 a prouvé que rien n’est acquis, tout peut changer. Avez-vous des nouveaux projets ou ambitions depuis ces récents événements ?

Une dizaine, j’avoue un peu plus que les autres années merci Corona 😉

Merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. : )

 

Covid 19 le monde d’après ? scénarios et prospective de l’après coronavirus

Ça fait maintenant presque 1 an qu’on nous dit que les prochaines semaines vont être difficiles, décisives… Dernièrement Manu M nous a dit, encore 4 à 6 semaines… Anne H future candidate s’amuse à se contredire entre je vous confine pour 6 semaines et je ne veux plus qu’on vous confine le week-end. Moi je vous le dis et j’en suis convaincu depuis le début, on nous prend vraiment pour des jambons.

Les 2 points  stratégiques à prendre en compte et à ne surtout pas opposer sont les risques de contamination versus les dégâts sociaux / sociétaux.

Les risques liés à la maladie et la protection nécessaire ne font aucun doute, ce virus fait des morts et des dégâts. Pour cela il faut se protéger, on met des capotes pour le Sida, il faut avoir une hygiène anti Covid. Ce que l’état ne fait pas et qui ne serait pas une lubie, ce serait une subvention massive des hôpitaux et des personnels soignants. Une pandémie dure au minimum 2 ans, il va falloir vivre avec et ne pas essayer de nager à contre-courant en croyant que c’est la restriction de l’ensemble des libertés qui pourra nous sortir de cette crise.

Le virus n’est pas là pour rien, il est censé nous alerter et nous pousser à évoluer. Il vient chahuter un capitalisme à bout de souffle avec des incohérences de plus en plus flagrantes. Le rêve de l’accumoncèlement matériel est fini, pas parce qu’il manque de candidats mais  car il n’y a plus assez de ressources à distribuer et qu’elles s’accumulent uniquement en haut de la pyramide. De là vient tout le problème, les seuls à avoir un intérêt à nous parquer sont ceux qui ne souhaitent pas faire évoluer la société car ils ont trop à perdre. 

Pour le moment on biberonne toute la société pour limiter les suicides et éviter la guerre civile. Il n’y a jamais si peu de dépôt de bilan, j’ai eu même adjudicateur judiciaire qui pleurait au téléphone, « on a plus de boulot des entreprises ne font plus faillites ». La valeur-travail est définitivement has been. Même le télétravail qui est une bonne chose a fini par user les travailleurs et leurs Pc personnels. Les salariés doivent se voir et échanger pour participer à l’ADN de la société sans ça l’entreprise perd son sens.

Tout le service et la transformation numérique avaient fait des dégâts mais le Covid et les dispositions prises achèvent le travail.

À terme le Covid aura tué une bonne partie de l’artisanat, des TPE et des indépendants. Je ne vais pas dire que c’était prévu mais ça ne dérange pas tant que ça. Je ne vois pas comment nous allons remettre en marche la machine. À la sortie nous allons avoir une société divisée en 2 et opposée. Il faudra choisir entre Marine et Manu . Il faudra choisir entre un passeport santé ou ne pas sortir. On ne peut pas accepter de confronter 2 mondes, la richesse se trouvent toujours dans l’éclectisme. Vous qui me lisez vous ne pouvez pas accepter de laisser partir une part de votre humanité…

Je vois plusieurs scenarios.

Scénario 1: Bloqué entre 2 mondes 

Je nous vois bien rester en mode pendulaire confinement (ou couvre-feu pour moi ça se ressemble beaucoup) et déconfinement stratégique ou par palier et tout ça quasiment jusqu’à la présidentielle de 2022. On pourrait prendre le temps de finaliser la video surveillance totale, la carte vitale microsoft, les passeport santé électronique, vulgariser l’écoute massive des réseaux sociaux et du reste afin d’être certain d’avoir un pays sécurisé et docile. Il me semble que cela arrangerait bien les choses pour certains.

Scénario 2: En marche vers la normalité

Dans le cas où admettons en fin d’année, les vaccins ont vacciné… yalla, c’est fini ! Pour noël / nouvel an, on arrête d’acheter sur Amazon et on retourne faire nos emplettes dans nos centres-villes chéris, on se prépare à faire aussi une grosse soirée au stade de France pour écouter pascal Obispo en Duo avec M Pokora avec 80 000 personnes of course vaccinées ayant l’appli #Tousanticovid qui aura enregistré tous vos déplacements / les personnes rencontrées / votre date de vaccination tout cela gardé bien au chaud et en bonne sécurité… J’adore vivement Noël, j’ai commandé un pack de bisounours. 

Scénario 3: Le principe de réalité.

les distanciations sociales vont créer des dégâts à long terme. Les gens vont craquer et ne pourront plus imaginer un futur humain. Car c’est l’humanité qui est en péril et on a du mal à l’admettre. Ceux qui le peuvent iront dans leurs fiefs ou créeront des nouveaux types de communauté. Les autres adouberont le transhumanisme pour eux la technique compensera, augmentera leur vie. Ils pourront  coucher avec leur robot et au pire ils iront sur Mars.

Scenario Bonus : La belle époque 

Ola la, 2 ans sans boire l’apéro et aller au resto, ça me donne envie de coucher avec tout mon carnet d’adresse. Je sors, je revis, je partage, je rencontre. Un flot intense de bonheur partagé avec l’autre car l’autre n’est plus un inconnu mais celui avec qui on a partagé l’insoutenable. Ensemble vivons la fin de ce monde comme une opportunité. Nous disons STOP à l’hypermondialisation et l’hypermétropolisation. L’avenir doit prendre ses racines dans nos territoires et chacun doit prendre son destin en main. Vive la vie, vive l’humanité !

Le futur nous appartient, ne le laissons pas filer.

J’espère vous avoir fait passer un bon moment et je vous souhaite un bon couvre-feu et un futur confinement heureux 

A votre disposition.

Nicolas

Mes bons voeux 2021 !

The president « Bons Voeux »*

De façon générale, cette allocution télévisée annuelle est prononcée à Paris, Besançon ou Marseille, co-siège de la présidence de l’agence digitale 50A et résidence officielle des Boss. Les vœux présidentiels permettent ainsi au président de faire le point sur la situation digitale, économique, politique et sociale de l’année écoulée, de faire part de sa vision globale et de ses souhaits pour l’année à venir.

Sur la chaine de TV qui prend toutes les chaines, à savoir Youtube !

Sur Apple podcast Galaxy 50A Nicolas Bermond et oui aussi chez un célèbre GAFAM Apple.

Bonne année, je vous souhaite que du bien.

Nicolas Bermond

Président de 50A

*Good Wishes pour mes fans Anglophones