dans OpenLife / Moi

Entreprendre sa vie

Je souhaite à tout le monde d’entreprendre sa vie.

L’entreprenariat est aussi un état d’esprit qui peut se vivre au quotidien.

J’ai toujours eu un projet de vie, des croyances et ma première entreprise est ma vie personnelle.

S’imposer, se permettre et travailler dur pour essayer d’atteindre ses rêves, un leitmotiv que je cultive depuis mon plus jeune âge.

Pourquoi ? Je crois que l’action permet de créer du positif et que la vie se construit de toute pièce.

Je me bats contre le « tout est déjà écrit », nous avons le pouvoir de faire avancer ses idées et convictions.

Je me bats contre l’attentisme, ce n’est pas votre président, votre chef, votre communauté qui vous apporteront les clés du monde idéal.

Je me bats contre le concept de premier de cordée, la vie est un écosystème vivant, il faut des forts, des faibles, des bons, des méchants.

Je me bats contre les idées reçues et les biens pensants, la critique, le doute. La remise en question est vitale.

Je me bats pour l’engagement collectif et croire qu’il est possible de mieux vivre ensemble.

Je me bats pour ma culture et mes origines car je ne veux pas que mes enfants soient globalisés.

Je me bats pour ma famille car c’est mon socle.

Je sais très bien que cet état d’esprit n’est pas applicable à tous. Mais il me semble que dans ce monde fait d’incertitude et de transition permanente, la démarche projet rend acteur de sa vie et permet donc de se dépasser, peut être même une des clés du bonheur ?

Aujourd’hui, je dis merci à cet état d’esprit, je peux dire que ma vie est complexe mais ce qui en ressort, c’est de la fierté et de la joie de vivre.

mes données personnelles

Depuis plus de 10 ans, nous alertons nos proches sur l’importance des données personnelles.
Les laisser sans protection, sans surveillances, sans appropriations, c’est accepter le viol de son intimité, voire, quand les méchants prennent le pouvoir c’est la perte de la liberté et la fin de la démocratie.
Imaginez si la Stasi avait eu accès à Facebook, google et votre iPhone ? Ben ça aurait fait beaucoup de chômeur dans la police politique Allemande…

Avant le scandale de Cambridge Analytica et Facebook, 9 personnes sur 10 me disaient:

Je sais, mais moi je n’ai rien à cacher !

Aujourd’hui, le sujet est d’actualité, mis en lumière par les scandales Facebook mais aussi par la prochaine loi européenne : le RGPD.

Et j’entends encore :

J’utilise des services gratuits et je contrôle ce que je partage, donc pour le moment je ne changerai pas radicalement ma manière de faire.

Nous ne disons pas qu’il ne faut plus aller sur facebook, google, ne plus utiliser sa carte de crédit, ne plus acheter sur amazon, ne pas acheter un iPhone etc, nous insistons sur le fait qu’il faut avoir une hygiène numérique dans l’optique de contrôler au mieux ses données.
L’enjeu principal est la réappropriation de celles-ci, pour cela, il faut comprendre et maitriser la technologie. Je ne parle parle pas de passer des heures à se protéger, à coder etc mais d’avoir, de mettre en place des mécaniques simples.

J’en cite quelques unes:

1/Être propriétaire de son mail et de son nom de domaine et l’héberger en France ou en Europe dans un endroit qui garantie la neutralité du net.
2/Régler précisément les filtres concernant ses données sur l’ensemble des réseaux sociaux, sites…
3/Demander des comptes aux services qui hébergent vos données, n’hésitez pas à contacter les futurs délégués à la protection des données (DPO).

Pour approfondir, je vous conseille de lire les IndieMark du groupe IndieWeb.

De mon côté je l’applique en continuant à consommer les réseaux sociaux de nos amis les GAFA, confère le blog sur lequel je publie, récupère automatiquement les likes et les commentaires de Facebook et Twitter.

Je suis chez moi, propriétaire de mon nom de domaine, de mon hébergement et de ma base de données… même vos likes sur Facebook et twitter je les ramène chez moi 😉

Pour conclure ce post du matin, je souhaite un joyeux anniversaire à notre association MyDataLabs et je remercie ses Présidents Christophe Ducamp et Robert Vinet pour leur engagement.

Source Image : http://crackedlabs.org/dl/CrackedLabs_Christl_CorporateSurveillance.pdf

La transformation numérique des agences de communication

Pour notre podcast du mois de mai, on s’intéresse à la transformation numérique des agences de communication.

Il y a 5 ans les agences de communication comme les cabinets de conseil ou ESN se revendiquent agence digitale customer, data-centric etc. Il suffit de voir la segmentation des investissements publicitaires pour comprendre cette mutation. En 2016  les achat d’espace digitaux dépassent les achat pub TV ( plus de 30%.). En 2017 on est à 33%.

C’est acté la com devient digital !

On voit se profiler la prochaine mutation et nous pensons que ce sera la crypto-communication. Depuis 2009 et l’arrivée du Bitcoin, un nouveau modèle de financement, entreprenariat est entrain de naitre. On revit les premiers moments de l’exploration des Internets.

Pour faire simple et vulgariser, la crypto-communication travaille pour intégrer l’écosystème blockchain dans tous les secteurs et faire émerger des services innovants et décentralisés. La difficulté est de communiquer dans un environnement hétérogène, sans repère, international à traiter de manière local, instable et en perpétuel renouvellement.

L’enjeu des agence de communication, faire abstraction du passé pour imaginer le futur de la blockchain économie.

A écouter sur notre podcast Mercredi prochain le 2 mai, on reçoit pour l’occasion Fabien (26ans!)  qui s’occupe de la communication crypto financière chez Havas Group.

Fabien sera challengé par nos chroniqueurs et nous posterons une série de vignette vidéos pour compléter le format.

https://itunes.apple.com/fr/podcast/50a-galaxy/

 

 

Also on:

Transformation numérique de l’état : ITW de Jean Michel Billaut pour le podcast 50A Galaxy

Pour le premier épisode de notre podcast 50A Galaxy nous sommes partis avec en expédition hier à Montfort l’Amaury. Nous avons eu la chance d’interviewer Monsieur Jean Michel Billaut gourou de l’internet mais aussi du minitel., seigneur de la fibre, prince d’Estonie…

A demain pour la diffusion du podcast sur la transformation numérique de l’état, suivi de l’apéro débat chez 50A

iTunes : https://itunes.apple.com/fr/podcast/50a-galaxy/id1345290164…
Spreaker : https://www.spreaker.com/show/2830278

Post sur la naissance du podcast : Blog Let’s digitalize

Facebook de l’évènement : Podcast Transformation Numérique

Merci à la gendarmerie de Monfort l’Amaury, on a bien cru qu’on allait finir dans le panier à salade.

 

Also on:

50A Galaxy Le Podcast de la Transformation Numérique

Notre objectif est d’animer la galaxy 50A en partageant les bonnes pratiques, les innovations et les ruptures liées à la transformation numérique.

« UNE FOIS PAR MOIS »
« UN SECTEUR PAR ÉPISODE »
« UN INVITÉ »
« UN APERO DÉBAT »

Spécial welcome aux DSI, RESP INNOVATION, DIR COM, DIR MKG.
Comme d’habitude nos amis et nos pas encore amis sont les bienvenus.

Inscription ici : https://www.facebook.com/events/204346623477809/

J’ai testé Mobike

Ma première fois en mobike

La première fois que j’ai vu des vélos en libre accès #FreeFloating, je me suis dit que la Seine allait être vraiment polluée.

Quand j’ai entendu que JC Decaux perdait la concession Velib, je me suis dit que les prochains auraient du mal à conserver le niveau de qualité. Enfin je savais que la transition serait difficile.

Et un jour, j’ai vu traîner un mobike et je me suis dit toi… Je vais te tester sur plusieurs points.

1/ cacher le mobike dans ma cave
2/ tester l’expérience utilisateur, sans friction ou avec friction (seamless)
3/ créer la vidéo et l’article sur mon mobile en 30 min max
4/ positionner cet article et la vidéo en première page de Google sur la requête mobike
5/ aller plus loin aller plus haut (à définir)

Bilan :

Ce mode de déplacement est parfait pour les trajets courts.
Le mobike n’a pas de vitesse, il est donc lent.
Il y a peu disponibilité pour le moment, je n’en trouve pas, 1 fois sur 3.
L’expérience digitale est très bonne.
Il est beau et fait son effet, hier j’ai croisé un freebiker avec un Gobee volé, il m’a dit « il est beau ton vélo comment as tu fais pour le libérer cf « le voler » ? Car ils sont durs à libérer cela… » Donc le mobike ne se vole pas facilement.
Le mobike, les gobee etc polluent les trottoirs, finissent de temps en temps dans la Seine, sont souvent stockés dans les cours fermées et la cave.
Je ne parle même pas des données personnelles que vous donner gracieusement à ces sociétés, à savoir mobike vous informe et impoose un stockage de donnée en Chine.

Globalement c’est dur de se prononcer, je pense que @AnneHidalgo doit se tordre les cheveux car c’est bien et peut être moins bien…

 

Mobike, le velib chinois pour bobo parisiens !

Also on: