dans Coworking

1ere agence de design thinking à décliner ses ateliers post-it en atelier pour JamBoard

 

Fier d’être la 1ere agence de design de service à décliner nos ateliers post-it en atelier JamBoard*.

Une très jolie expérience de co-design avec Google et Plissken Studio.

Retrouvez l’ensemble de notre méthode sur le site de l’ agence digitale 50A

Nos ateliers de co-design :
Acculturation show https://www.50a.fr/methodologie/acculturation-show
Personae & Storyboard https://www.50a.fr/methodologie/personae-storyboard
Prototype web & app https://www.50a.fr/methodologie/prototype-web-app
Plan d’action Com/Mkt/RH https://www.50a.fr/methodologie/plan-action-com
Ecosystem map https://www.50a.fr/methodologie/ecosystem-map
Parcours client https://www.50a.fr/methodologie/parcours-client
Inbound Marketing https://www.50a.fr/methodologie/inbound-marketing
Cockpit de pilotage https://www.50a.fr/methodologie/cockpit-pilotage

JamBoard*

Le Jamboard est un tableau digital, mobile et connecté proposé par Google. Tout comme un tableau standard, celui-ci permet de prendre des notes, de faire des schémas mais sans devoir utiliser de vrais feutres ou de chiffon pour effacer : tout se fait par l’intermédiaire d’un gros stylet pour écrire, de votre main pour déplacer les éléments et d’un objet rond pour gommer ! Il reconnaît aussi l’écriture mais également des formes d’objets. Et l’avantage principal est qu’il se connecte à votre GGSuite et permet aussi de faire de visio- conférence de qualité.

Nicolas Bermond

FDM 2018

Vidéo inspirante de la fête de la musique de l’agence digitale 50A

OU sur youtube pour ceux qui ont quittés Facebook.

https://www.youtube.com/watch?v=mUWOHVGCnH4

Entreprendre sa vie

Je souhaite à tout le monde d’entreprendre sa vie.

L’entreprenariat est aussi un état d’esprit qui peut se vivre au quotidien.

J’ai toujours eu un projet de vie, des croyances et ma première entreprise est ma vie personnelle.

S’imposer, se permettre et travailler dur pour essayer d’atteindre ses rêves, un leitmotiv que je cultive depuis mon plus jeune âge.

Pourquoi ? Je crois que l’action permet de créer du positif et que la vie se construit de toute pièce.

Je me bats contre le « tout est déjà écrit », nous avons le pouvoir de faire avancer ses idées et convictions.

Je me bats contre l’attentisme, ce n’est pas votre président, votre chef, votre communauté qui vous apporteront les clés du monde idéal.

Je me bats contre le concept de premier de cordée, la vie est un écosystème vivant, il faut des forts, des faibles, des bons, des méchants.

Je me bats contre les idées reçues et les biens pensants, la critique, le doute. La remise en question est vitale.

Je me bats pour l’engagement collectif et croire qu’il est possible de mieux vivre ensemble.

Je me bats pour ma culture et mes origines car je ne veux pas que mes enfants soient globalisés.

Je me bats pour ma famille car c’est mon socle.

Je sais très bien que cet état d’esprit n’est pas applicable à tous. Mais il me semble que dans ce monde fait d’incertitude et de transition permanente, la démarche projet rend acteur de sa vie et permet donc de se dépasser, peut être même une des clés du bonheur ?

Aujourd’hui, je dis merci à cet état d’esprit, je peux dire que ma vie est complexe mais ce qui en ressort, c’est de la fierté et de la joie de vivre.

mes données personnelles

Depuis plus de 10 ans, nous alertons nos proches sur l’importance des données personnelles.
Les laisser sans protection, sans surveillances, sans appropriations, c’est accepter le viol de son intimité, voire, quand les méchants prennent le pouvoir c’est la perte de la liberté et la fin de la démocratie.
Imaginez si la Stasi avait eu accès à Facebook, google et votre iPhone ? Ben ça aurait fait beaucoup de chômeur dans la police politique Allemande…

Avant le scandale de Cambridge Analytica et Facebook, 9 personnes sur 10 me disaient:

Je sais, mais moi je n’ai rien à cacher !

Aujourd’hui, le sujet est d’actualité, mis en lumière par les scandales Facebook mais aussi par la prochaine loi européenne : le RGPD.

Et j’entends encore :

J’utilise des services gratuits et je contrôle ce que je partage, donc pour le moment je ne changerai pas radicalement ma manière de faire.

Nous ne disons pas qu’il ne faut plus aller sur facebook, google, ne plus utiliser sa carte de crédit, ne plus acheter sur amazon, ne pas acheter un iPhone etc, nous insistons sur le fait qu’il faut avoir une hygiène numérique dans l’optique de contrôler au mieux ses données.
L’enjeu principal est la réappropriation de celles-ci, pour cela, il faut comprendre et maitriser la technologie. Je ne parle parle pas de passer des heures à se protéger, à coder etc mais d’avoir, de mettre en place des mécaniques simples.

J’en cite quelques unes:

1/Être propriétaire de son mail et de son nom de domaine et l’héberger en France ou en Europe dans un endroit qui garantie la neutralité du net.
2/Régler précisément les filtres concernant ses données sur l’ensemble des réseaux sociaux, sites…
3/Demander des comptes aux services qui hébergent vos données, n’hésitez pas à contacter les futurs délégués à la protection des données (DPO).

Pour approfondir, je vous conseille de lire les IndieMark du groupe IndieWeb.

De mon côté je l’applique en continuant à consommer les réseaux sociaux de nos amis les GAFA, confère le blog sur lequel je publie, récupère automatiquement les likes et les commentaires de Facebook et Twitter.

Je suis chez moi, propriétaire de mon nom de domaine, de mon hébergement et de ma base de données… même vos likes sur Facebook et twitter je les ramène chez moi 😉

Pour conclure ce post du matin, je souhaite un joyeux anniversaire à notre association MyDataLabs et je remercie ses Présidents Christophe Ducamp et Robert Vinet pour leur engagement.

Source Image : http://crackedlabs.org/dl/CrackedLabs_Christl_CorporateSurveillance.pdf

La transformation numérique des agences de communication

Pour notre podcast du mois de mai, on s’intéresse à la transformation numérique des agences de communication.

Il y a 5 ans les agences de communication comme les cabinets de conseil ou ESN se revendiquent agence digitale customer, data-centric etc. Il suffit de voir la segmentation des investissements publicitaires pour comprendre cette mutation. En 2016  les achat d’espace digitaux dépassent les achat pub TV ( plus de 30%.). En 2017 on est à 33%.

C’est acté la com devient digital !

On voit se profiler la prochaine mutation et nous pensons que ce sera la crypto-communication. Depuis 2009 et l’arrivée du Bitcoin, un nouveau modèle de financement, entreprenariat est entrain de naitre. On revit les premiers moments de l’exploration des Internets.

Pour faire simple et vulgariser, la crypto-communication travaille pour intégrer l’écosystème blockchain dans tous les secteurs et faire émerger des services innovants et décentralisés. La difficulté est de communiquer dans un environnement hétérogène, sans repère, international à traiter de manière local, instable et en perpétuel renouvellement.

L’enjeu des agence de communication, faire abstraction du passé pour imaginer le futur de la blockchain économie.

A écouter sur notre podcast Mercredi prochain le 2 mai, on reçoit pour l’occasion Fabien (26ans!)  qui s’occupe de la communication crypto financière chez Havas Group.

Fabien sera challengé par nos chroniqueurs et nous posterons une série de vignette vidéos pour compléter le format.

https://itunes.apple.com/fr/podcast/50a-galaxy/

 

 

Also on: